Heureux qui, comme un consultant, a fait un bel ouvrage….

J’ai, délibérément, évité d’écrire depuis le début de l’été pour respecter l’état de grâce que tout nouveau gouvernement est en quête d’attendre afin de préparer son action et déployer autant que faire ce peut, le programme pour lequel il s’est engagé.

Cette période est maintenant échue et nous avons pris acte par la voix du chef du Gouvernement des réalisations des différents départements ministériels durant ces quatre premiers mois.

Concernant le département du Tourisme et du transport Aérien, il est fait mention des points suivants :

  • Renforcement des capacités hôtelières par l’ouverture de 1650 lits supplémentaires à Saïdia et Lixus,
  • Renforcement des liaisons aériennes par l’ouverture de nouvelles lignes notamment : Essaouira – Casablanca, El Hoceima – Casablanca et El Hoceima – Tanger.
  • Lancement des travaux d’aménagement du nouveau terminal de l’aéroport de Fès et achèvement des travaux de l’aéroport de Guelmim.
  • Préparation de contrats progrès avec la CNT et la FNIH en vue de leur signature.

Voilà, j’ai presque envie de dire que tout cela était déjà dans le Pipe avant l’arrivée des nouveaux locataires de Hay Riad , si ce n’est les liaisons aériennes pour booster la destination Al Hoceima qui ont été dicté par une situation regrettable. Restent tous les chantiers en attente dans l’exécution de la vision 2020 et Dieu sait qu’ils sont nombreux et complexes dans leur mise en œuvre.

Il est vrai, que lors de la réunion mixte tenue en juillet, les professionnels, après avoir pris connaissance de l’étude BCG, avaient donné rendez vous à la rentrée pour remettre leur copie concernant justement tous ces chantiers en attente et entreprendre, dans le cadre d’un partenariat, une vision commune et partagée de la chose touristique.  Cela ne devrait plus tarder…..

Pour revenir sur les études prospectives à la mode depuis plus d’une vingtaine d’années et qui sont en général des propositions de scenarii fait par des consultants, à prix d’or, et qui n’engagent en rien ceux qui les ont conçus, je crois que c’est Jacques Attali qui a dit que « c’est un bon moyen pour ne pas trancher, ne pas choisir, voire pour se couvrir. »

Pour rappel, en 1994, je ne sais plus si c’est Serge Berdugo ou M’Hammedi Alaoui qui aurait lancé une Etude de la Stratégie d’Aménagement Touristique avec pour objectif d’effectuer une radioscopie complète du secteur touristique afin d’identifier les raisons de la crise et de proposer des scenarii de développement. Cette étude a été réalisée par un groupement constitué du Suisse URBAPLAN et EDESA et IIHEM et aurait couté 12,5 Millions de Dirhams.

Le rapport final de cette étude a été publié en avril 1996 et ce n’est qu’en Février 1998, lors des journées professionnelles du Tourisme, que ces orientations stratégiques ont été présentées et débattues à la veille d’un changement de Gouvernement : Départ de Driss Benhima et Arrivée de Hassan Sebbar.

En relisant ce rapport final et en vous livrant une note rédigée dans le temps par la Direction des études et des prévisions financières, je pense que cette étude a largement inspiré la Vision 2010, mais en partie seulement, car sur le Balnéaire les potentialités étaient plutôt mitigées….

Depuis, il y a eut une étude Monitor pour la Région Marrakech, une étude lancée par le Ministère de l’équipement sur le transport aérien, le HCP fait annuellement plusieurs études sur tous les secteurs, il existe même une vision 2030 du tourisme qui a été présentée en 2004, l’IRES conduit également des études dans lesquelles le secteur privé peut trouver des réponses, enfin le CESE produit aussi des études.

Alors, au delà de toute polémique, j’ai l’impression que pour se donner bonne conscience, chacun décide de lancer une étude et les tiroirs des différents ministères et offices regorgent de documents top secrets, édités à prix d’or, dont seuls quelques initiés ont connaissance au grand dam de la majorité qui avance au pif et arrive parfois à tirer son épingle du jeu.

En tout état de cause, les grands gagnants sont les cabinets de consultants, lorsqu’ils sont payés pour leur tache ! Mais cela c’est une autre histoire….

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

1 Comment

  1. Oui Si Fouzi, il n’y a aucun mal à confier des études à des experts, soit pénétrer un marché, préparer une nouvelle loi ou décider d’une orientation quelconque. Mais il ne faut pas jeter ou classer les études précédentes qui devaient aider à la continuité. A mon avis, lorsqu’on confie une étude quelconque à un de ces cabinets que nous connaissons coutent très chers, le donneur d’ordre se doit de l’étudier et de la partager avec les concernés dont les professionnels et experts en la matière. Et ce, toute profession confondue. Pourquoi continuons nous de parler de la Vision 2020, alors que nous sommes déjà à mi-chemin et, somme toute, sans vraie vision apparente pour l’avenir de notre tourisme ? N’avons-nous pas assez de matières pour prendre les décisions et les orientations appropriées, sans oublier que le temps travaille contre nous. Les vraies visions se décident avec les professionnels ; avec les investisseurs potentiels ou ceux qui existent et qui ont pris des risques financiers énormes. Mais, pas avec les politiques qui ne pensent qu’à leur siège au sein d’un parti ou sous la coupole du parlement. Pour ces gens le temps ne comptent pas ! Et nous serons encore là en train de discuter comment nous allons revoir notre stratégie pour les 7 années à venir…

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + dix-neuf =