Un Nouveau Ministre : Serait-ce la délivrance?

Le nouveau Ministre du Tourisme, Monsieur Mohamed SAJID, va avoir la lourde tache de piloter un grand pôle comprenant outre le Tourisme, le Transport Aérien, l’Artisanat et L’Economie Sociale et Solidaire.

Il sera aidé en cela par deux Secrétaires d’Etat :

Madame Lamia BOUTALEB pour le Tourisme dont le profil et les états de services tendent à en faire « The Right Person on the Right Place ». Elle est,  à ne pas en douter, en mission pour exécuter la Vision 2020 sous tous ses aspects et particulièrement le volet investissements qui a tellement fait défaut, notamment pour la mise en œuvre du Plan Azur.

Madame Jamila EL MOUSSALI pour L’Artisanat et l’ESS. Un grand bravo pour cette dame, car elle est la première à avoir mis à jour son site internet  et donc être « up to date » au lendemain des passations. Il est à noter que l’Artisanat s’est doté d’une Stratégie Sectorielle appelée Vision 2015 lancée en 2006 par Adil DOUIRI Himself et qui peine à réaliser les objectifs fixés. L’Artisanat et le Tourisme ont déjà cohabité de par le passé ( 2002-2007) et sont interdépendants: l’artisanat participant à l’attractivité de la destination, de part son authenticité et la qualité de ses produits.

Concernant l’Economie Sociale et Solidaire qui a également sa Stratégie Nationale ( 2010-2020), il faut noter qu’elle est en lien direct avec l’INDH, lancée en Mai 2005, par SM Le Roi et que le Tourisme devrait être un formidable levier pour valoriser et promouvoir les produits de l’économie Sociale et Solidaire. Le tourisme Rural s’appuie beaucoup sur l’accompagnement des micro structures pour donner un sens aux voyages organisés dans une dimension responsable et solidaire.

Pour ce qui est du volet Aérien et si on se réfère à son organisation au sein du Ministère de l’équipement, du transport et de la Logistique, il devrait normalement inclure l’Aviation Civile, l’aéronautique Civile et le transport aérien. Ce qui n’est pas une mince affaire et si on devait se contenter uniquement du Transport aérien, ce serait déjà une excellente chose pour le tourisme car sur ce point précisément, on devrait combler les déficits en matière de connexion avec les bassins émetteurs et nous repositionner par rapport aux compagnies low cost étrangères qui certes  ramènent    des touristes, mais à quel Prix ?

Ici aussi, une stratégie qui a été définie en 2012 sous l’appellation « AJWAE », est en cours d’exécution et vise à l’horizon 2035, 70 Millions de passagers, 182000 tonnes de marchandises et 515000 mouvements aériens par an.

Il y a des liens réels entre le Tourisme, l’Aérien, l’Artisanat et l’ESS. Il s’agira de voir comment ils pourront s’articuler et booster la destination. Ceci devra être défini dans le cadre de la déclaration de politique générale qui sera présentée incessamment au Parlement  par le Chef de Gouvernement pour un vote de confiance. S’ensuivront ensuite, une série de décrets qui fixeront les périmètres d’intervention de chaque département.

En tout état de cause, nous sommes partis pour un nouveau mandat gouvernemental qui semble prendre le Tourisme au sérieux. Reste que nous devrions être en mesure de challenger cette nouvelle équipe partant du fait que nous avons une connaissance des besoins et un vécu sur le terrain.

Quand je dis nous, je parle bien évidemment du secteur privé représenté par la Confédération Nationale du Tourisme et regroupant l’ensemble des acteurs du Tourisme sans exception.

Les prémices d’une sortie de crise sont bien là, les derniers chiffres l’attestent et nous devrions profiter de cet état de grâce pour raffermir nos liens et nous présenter en rangs serrés pour participer à la relance de notre secteur. Nous avons les moyens et nous devrions en avoir aussi la volonté.

Une nouvelle ère s’ouvre à nous.

Author: fouzi ZEMRANI

Share This Post On

2 Comments

  1. Sajid et le département du tourisme… !

    Je me remémore encore ces commentaires emplis d’étonnement, de mépris et de frustration à l’égard de l’intéressé, et ce dès l’annonce de cette nomination (qui d’emblée prêtait à équivoque auprès d’une large frange de professionnels).

    Ceci-dit, abstenons-nous de jugements hâtifs et laissons au temps le temps !

    Epaulé par deux secrétaires d’état aux profils prometteurs (en les personnes de Mmes Lamia Boutaleb et Jamila Moussali), Sajid devra redorer le blason du secteur et le faire valoir comme il se doit, de sorte à ce qu’il fasse réellement part des priorités gouvernementales devant être suivies de très près : Les professionnels dédaignaient le non-aboutissement des objectifs de croissance touristique, les résultats peu probants qui s’en sont suivis, en plus la nonchalance constatée ces dernières années quant à l’établissement d’une configuration nouvelle et en phase avec les tendances internationales en matière de développement touristique.

    Tout ce que j’ai à avancer à l’issue de ces nominations : Bon courage à la nouvelle équipe à la tête du Tourisme, Transport Aérien, Artisanat et Economie Solidaire, dans l’espoir de voir des avancées importantes en ce qui a trait à la Vision 2020, le laps de temps est court mais bien des choses peuvent aboutir !

    Post a Reply
  2. Bien sûr, le tableau est dressé et le rappel de ses composantes et des acteurs est fondamental pour percevoir les jours qui nous attendent. Bien entendu, en cela, annonce est faite des priorités qui se dégagent d’un état des lieux, qui admettons le, ne peux pas se définir comme très glorieux ! Celui-ci étant, sans aucun doute à mettre au crédit de l’ensemble des acteurs qui composent de proche en loin, notre industrie nationale touristique.
    Nous disons bien « Industrie touristique nationale Marocaine» qui aura à s’adapter aux composantes nouvelles des besoins de développements touristiques des mégalopoles qui se dessinent, des régions, du monde rural mais aussi et également en fonction des définitions d’un tourisme pour des étrangers, un tourisme interne, et cela par toutes les formes d’adaptations à inventer, composer en fonction d’un nouveau paradigme géo politique qui s’impose.
    Cela ne pourra se faire qu’en rangs serrés comprenant institutionnels, élus, professionnels, société civile et populations, sans divisions, en rangs serrés :
    – il ne peut plus en être autrement !
    Le Tourisme devra avant tout avoir pour priorité en vision territoriale, le partage et pour cela encore faudra t’il apprendre à savoir le faire partager aussi bien chez les politiques que par les populations dans les fondements de leurs identités.. Cela est devenu une affaire de tous, et les jeunes sauront nous le rappeler en faisant valoir que tout ensemble est fait de sous ensembles !
    Oui la culture, le Capital immatériel et patrimoine matériel, l’identité seront les liens qui feront que s’ils sont compris et partagés par tous, dans le cadre d’un aménagement touristique territorial, dans une vision nationale alors, nous pourrons nous définir en tant que professionnels comme de véritables accompagnateurs du Ministre, d’un gouvernement pour considérer le tourisme dans ses définitions économiques, mais aussi inclusives, intégrées et durable dans ses composantes qui le constituent qu’elles soient citadines et rurales pour une meilleure reconnaissance et durabilité.
    Patrick Simon
    Président Commission durabilité CNT – FNIH

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 5 =