Une campagne de com KB à ne pas rater.

L’ONMT s’apprête à lancer demain la campagne Kounouz Biladi hiver 2012/2013 sensée booster les ventes des hôteliers et des agences de voyages par une demande de plus en plus importante et intéressée des nationaux. Alimenter un engouement pour les destinations touristiques en vogue et faire découvrir les nouveautés en matière de loisirs, de sport, de nature et de bien être.

Cette campagne coïncide avec les vacances de fin d’année, période en principe, de forte demande en provenance des bassins émetteurs. Pour cette année, la capacité aérienne prévue pour la fin de l’année, est loin de répondre à l’offre litière proposée. De plus, les prix des billets en provenance d’ Europe ont atteint des sommets inimaginables à partir de 400 € l’aller/retour avec des compagnies lowcost.

lI y aura donc des disponibilités, mais dont malheureusement les nationaux ne pourront pas profiter car les prix resteront malgré tout hors de portée avec notamment les suppléments réveillons obligatoires qui découragent les plus hardis.

En revanche, dans le sens Maroc/Europe pour la même période, les prix démarrent à 70 € l’aller/retour. Lorsqu’on sait, que seules les écoles de l’AEFE sont en vacances en cette période, on comprend les familles   qui optent pour des vacances en Europe durant les fêtes de fin d’année.

Les nationaux ne seront en vacances d’hiver qu’à partir du 23 Janvier 2013 et pourront profiter de tarifs avantageux  en cette période de très basse saison.

Il aurait donc été plus judicieux de lancer cette campagne de communication dont la cible est la clientèle nationale, après les fêtes de fin d’année pour relancer la demande et permettre aux professionnels d’offrir des packages à prix avantageux. En lançant cette campagne maintenant, les nationaux risquent de déchanter car les bons plans seront rares pour la période des fêtes et nous risquons de perdre notre crédibilité.

Il importe aujourd’hui de rattraper ce rendez vous manqué, en mettant maintenant des offres pour la période des vacances scolaires en jouant sur l’effet «early booking» et en espérant qu’ils n’attendront la dernière minute pour réserver leurs vacances. Profitons donc  de cette campagne pour achalander le site et pour communiquer sur les avantages à réserver en avance.

Sur la problématique du tourisme interne, je pense qu’il y a un sérieux problème de communication entre les différents acteurs et les consommateurs finaux et cela ne date pas d’aujourd’hui, mais depuis plus de deux décennies et bien avant le lancement de la première opération Kounouz Biladi, sensée réconcilier les marocains avec leur tourisme.

On se rappelle les vacances du printemps 1991, juste après la guerre du golf qui a mis l’industrie du tourisme à genoux. Pas un seul touriste de janvier 91 à avril 91 et soudain, avec l’annonce de la fin de la guerre qui coïncide avec les vacances de printemps, les marocains débarquent en masse à Marrakech et Agadir profitant de tarifs sacrifiés par des hôtels bien contents de retrouver une activité normale.

Depuis cette période, il y a un faux procès qui est fait aux hôteliers par les nationaux leur reprochant de ne faire appel à eux qu’en période de crise. Idem pour les agents de voyages qui ont délaissé ce segment de part la méfiance des marocains à transiter par eux car dans leur raisonnement un intermédiaire ne peut qu’augmenter le prix de la prestation. Autre idée reçue, les touristes payent moins cher que les marocains, c’est complètement faux, le prix de la prestation ne varie pas selon la nationalité des clients, mais selon le volume contracté.

Aujourd’hui, le tourisme national s’est imposé de fait et est devenu le deuxième marché en terme de nuitées avec prés de 25%. Les professionnels le considèrent  comme un segment à part entière. A tel point que certains professionnels agents de voyages ou hôteliers, s’y sont spécialisés et répondent aux attentes des nationaux en termes de prestations et de prix. C’est dans ce sens qu’une convention de partenariat est entrain de voir le jour entre hôteliers et voyagistes et qui permettra à court terme aux nationaux de bénéficier de traitements privilégiés et avantageux.

Ce marché est aujourd’hui convoité par des sites de deal qui profitent de la passivité des agences de voyages et de la fragilité des hôteliers pour polluer le marché et habituer les nationaux à des opportunités de dernières minutes se basant sur la non stockabilité de l’hébergement. Ils ne prennent aucun risque et cette pratique finira par dénaturer le produit et paupériser les établissements.

Je pense sincèrement que le site Kounouz Biladi est une opportunité pour les professionnels de proposer leurs produits au juste prix et pour les nationaux de passer par un site professionnel et transparent où tous les acteurs sont en compétition. C’est le meilleur deal.

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

2 Comments

  1. Salut Fouzi,
    Tu reviens sur l’histoire et je suis convaincu que tu n’as pas la mémoire courte.
    seulement tu veux encore croire en beaucoup de choses aux quelles personnellement j’ai cessé de croire et tu as bien dit une chose importante: seul compte le volume d’affaire.
    En dehors de celui-ci la relation n’est pas crédible et repose toujours sur un model économique très largement dépassé et décrié par tout le monde, y compris les TO et les « volume producers ». J’ai lu sur le Tourmag d’aujourd’hui que les Français, producteurs et distributeurs se sont entendu sur un ennemi commun, celui que je vous ai désigné il y a déjà quelques jours de manière individuelle et lors de la journée des « onliners » à Casablanca c’est à dire Google.
    Espérons que le futur me donnera tort.
    Bonne semaine.

    Post a Reply
  2. En effet, la plateforme de l’ONMT présente une opportunité aux voyagistes car elle leur permet de faire connaître leurs offres sur Kounouz Biladi et qui sont des produits Marocco Marocains. Malheureusement le site est auusi ouvert à la commercialisation via d’autres sites qui concurrencent, au vu et au su de tout le monde, les agences bien de chez nous. Fouzi a fait une remarque pertinente sur la périodicité de la campagne KB mais puisque nous sommes habitués aux plats réchauffés, KB ne plaît pas à tout le monde car il a laissé, par les campagnes précédentes, des déceptions chez des clients. Mais n’arrêtons pas les efforts déployés par l’ONMT et adhérons à cette campagne car en ces temps de crise et en l’absence de touristes étrangers, le tourisme national reste un créneau porteur.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − treize =