Si Jamâa El Fna m’était contée….

J’ai vécu plus de 20 ans dans la place Jamâa El Fna, plus exactement de 1960 à 1980, j’entends par là que j’y ai habité. Dans l’appartement de fonction de la poste connue dans le jargon des PTT sous «Recette Marrakech Médina» dont mon défunt père était receveur jusqu’en 1987.

C’est vous dire l’attachement particulier que j’y porte et qui me pousse aujourd’hui à porter un jugement critique et nostalgique.

Cette place est l’atout majeur de notre ville et ce ci ne date pas de maintenant, car elle l’a toujours était. Et pour ne parler que d’un passé récent, elle était le point de départ et d’arrivée de tous les voyageurs qui visitaient Marrakech et qui résidaient dans les Fondouks avant le premier pôle hôtelier qui se situait aux alentours de la place : Hôtel Tazi , Hôtel Galia, Hôtel Foucault pour ne citer que les plus connus, sans oublier tous les petits hôtels du Derb Sidi Bouloukate.

Ces hôtels ont fait le bonheur des Hippies dans les années 70 et continuent encore aujourd’hui d’attirer les adeptes du Routard et autres guides de voyages. Il semblerait qu’ils ne souffrent pas de la crise et continuent à avoir des taux de remplissage respectables et des durées de séjour plus que confortables.

La vocation touristique de Marrakech est ancestrale et l’attraction majeure en est la place qui est animée de 10h00 du matin jusqu’à une heure tardive de la nuit .

Les acteurs qui s’y produisent varient selon l’horaire, les premiers sont souvent les Gnaoua, puis les charmeurs de serpents, les montreurs de singes, les acrobates  et autres activités qui restent du domaine du visuel et cela durant toute la matinée.

L’aprés midi, après la 3eme prière de la journée, la place est dédiée à l’oral et au musical et cela va du conteur d’histoire, au chanteur musicien en passant par les duos en tout genre , stand up et improvisations diverses qui font le bonheur des badauds habitués des Halkats.

Enfin à la tombée du jour, la place se transforme en gigantesque « casse croute  » pour ceux qui ont un petit creux par des professionnels qui avaient chacun sa spécialité: saucisses grillés, escargots, harira, œufs durs, poisson frit ( Kréta), abats ( Baolo) et tout cela dans une ambiance très conviviale et autour de mets appétissants.

C’est le même rituel depuis des années, sauf que maintenant il a perdu son coté authentique et artistique pour devenir touristique et malheureusement surfait qui finit par excéder voire fâcher.

Je me suis rendu en famille le Samedi 9 juin à la place Jamâa El Fna. Ce soir là , projection sur écran géant en direct du Palais Badiâa du spectacle de Djamel Debbouze et grande affluence avec des touristes nationaux et étrangers. Tous les ingrédients étaient là pour passer une bonne soirée, sauf que les mobiletes  et autres scooters envahissent la place dans un ballet incessant et surtout les effluves dégagées par les tuyaux d’échappement qui rendent l’air irrespirable, sans compter le risque de se faire écraser à tout moment. Il me semblait que la place était piétonnière ?

Après le spectacle, nous avons voulu nous restaurer sur la place et déguster les spécialités dans ses petits restaurants en plein air avec une offre consistance, variée et très bon marché. Là encore, les engins mais également et malheureusement , les rabatteurs qui vous harcèlent et vous empêchent de faire votre choix. Nous avons assisté à une altercation entre restaurateurs sur fond de gros mots et noms d’oiseaux qui nous a fait regretter notre escapade nocturne. Sans compter les mendiants, les vendeurs à la sauvette d’objets et les phénomènes en tout genre.

Personnellement, je ne reconnais plus cette place qui a bien changé , je n’ai pas ressenti une insécurité mais beaucoup de déception et de frustration par rapport à ce qui aurait du être un moment de partage et de convivialité. Les associations en charge de la place devraient se soucier de ses petits désagréments qui altèrent l’image de Jamâa El Fna.

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

5 Comments

  1. Notre société change, la vulgarité s’installe partout dans ce monde qui fut si beau.
    Élevons nos enfants dans le respect des valeurs, transmettons le goût de l’Art et la reconnaissance du prochain.

    Post a Reply
  2. Jamaa El Fna est le coeur du coeur du sujet du Tourisme marocain !
    Jamaa El Fna mérite que nous en parlions aussi souvent que possible !
    Jamaa El Fna mérite un « Contrat-Programme » à elle toute seule !
    Espérons que le Projet « Marrakech 2020 » en tiendra (réellement)compte !

    Post a Reply
  3. C’est devenu l’épidémie générale dans ce pays !!! au delà de la place Djmaa El Fna, je peux vous assurer Mr Zemrani que dans tous les feux de Casablanca vous êtes harcelés par les vendeurs de chwingum, de boites de kleenex et autres !!!! à chaque arret dans une boulangerie pour acheter du pain meme en 2ème position vous etes harcelés par un gardien pour 2dh… les mendiants sont partout même à proximité du Morocco Mall ils font le tour de table dans les cafés de la corniche !!!!! Nous sommes sensés avoir une brigade touristique devant les sites touristiques et dans les lieux généralement visités par les touristes !!! il nous les faut partout !! ce touriste est harcelé sur tous les feux rouges de la ville !! devant les grands hôtels et notamment le Sheraton avenue des FAR !!! Afinkoum les professionnels du tourisme !! Encore beaucoup à faire !!!!! au lieu du blablabla et des visions à plus de 10 ou 15 ans !!!! quand on sera plus là !!!!J’ose vous demander Mr Zemrani votre avis sur le bateau crosière qui devait faire escale à Casablanca le 1er Juillet !!! J’aimerai connaitre un peu l’avis de qq profe du tourisme POUR ou CONTRE après la déclaration de SI Haddad !!! merci

    Post a Reply
  4. enfin qlqu’un qui reagit a la degradation de notre ……patrimoine …….

    Post a Reply
  5. je suis vraiment désolé de vous dire que c est de notre faute nous enfants de cette place et de cette ville de l’avoir quitté ………
    cette place c est l image de notre société actuelle comme elle a été l’image de notre culture au passé

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *