Réquisitoire pour le respect des Statuts

Logo-ARAVM-160x184Nous avons assisté à une mascarade ce mardi 12 mars au Kenzi Farah à Marrakech, lors d’une pseudo Assemblée Générale entachée d’irrégularité du début à la fin et ceci en présence des représentants de la Tutelle et de l’Autorité.

Dés la première convocation en date du 20 juin 2012, le lieu n’était pas mentionné alors que c’est une obligation statuaire (Article 22). Lorsque le lieu à été confirmé, soit le 2 juillet pour le 7, les délais de 15 jours n’étaient plus respectés( Article 22). Le plus flagrant, c’est le signataire de la convocation qui s’est octroyé le titre de Président sans passer par la case Assemblée générale Elective comme le précisent les statuts (Articles 15 alinéa1 et Article28 Alinéa 1).

Dans ces conditions, on comprend le peu d’entrain pour cette assemblée.

La deuxième convocation du 25 Février soit plus de 7 mois plus tard, est toujours signée par la même personne en qualité de Président semant le doute dans l’esprit des membres, qui n’ont toujours pas compris par quel tour de passe passe, la présidence est passée d’une personne à une autre sans assemblée élective.

Je dénonce donc, l’usurpation du titre de président, par la personne qui signe tous les documents et correspondance depuis le 20 Février 2012 et demande l’ouverture d’une enquête sur le sujet.

La dernière Assemblée Générale qui s’est tenue le 29 avril 2010, pour statuer sur l’exercice 2009 clos le 31 mai 2009, avec plus de 10 mois de retard, alors que les statuts ne prévoient que 3 mois (Article 22). Depuis cette date, l’ARAVM( Association des Agences de Voyages de Marrakech), car c’est d’elle que je parle, n’as pas tenu d’AGO pour les exercices 2010 et 2011 en totale ignorance des article 22 et 28 des statuts.

 Je dénonce donc la légèreté par laquelle a été gérée cette association depuis trois ans, avec la tenue d’un seul conseil d’administration alors que les statuts en prévoient au moins 4 par année (Article 16) et plus grave, les assemblées générales des exercices 2010 et 2011 qui n’ont pas eut lieu dans délais statutaires.

Durant trois années, la seule activité qui a été traité concerne le tourisme religieux  objet d’intérêt d’une vingtaine de confrères alors que l’association compte plus de 150 membres de droit ( Article 28 de la loi 31/96) dont 80 sont à jour de leur cotisation (Chiffres communiqués par l’ARAVM à la FNAVM).Tous les autres secteurs, le loisir, le MICE, le tourisme de nature ne figurent plus dans les priorités de l’association de même que l’objet(Article2) de l’association est réduit à sa plus simple expression: exiger des cotisations.

Lorsque le rapport moral se résume à un discours en arabe prononcé par le président sortant, auquel les confrères étrangers n’ont rien compris, on est en mesure de juger de l’opacité de cette AGO. La bienséance aurait voulu, que le rapport moral soit envoyé en avance à l’ensemble des membres en arabe et en français, contenir les PV des différentes réunions du bureau et du conseil, les actions menées et les résolutions prises qui doivent être entérinées par l’assemblée générale et cela chaque année.

Lorsque le rapport financier couvre 3 ans, en parfaite contradiction avec l’article 31 des statuts qui définit l’exercice social du 1er juin eu 31 mai de chaque année, on est en mesure de se poser la question sur la véracité des comptes qui ne reflètent plus la réalité. Les créances dues et les charges à payer doivent apparaitre année par année. Egalement un état de rapprochement bancaire est nécessaire à la fin de chaque exercice et ce rapport doit être transmis avant l’assemblée aux membres pour consultation. Il doit respecter les règles de comptabilité générale, c’est un minimum .

La responsabilité de cette situation, incombe au Président qui n’a pas su ou pu honorer ses engagements vis à vis des membres, également à son bureau mais aussi au conseil d’administration qui se devait de surveiller la gestion des membres du bureau et de se faire rendre compte de leurs actes (Article18).

La responsabilité incombe également à la FNAVM qui devrait s’inquiéter du fonctionnement et de la gestion de ses associations régionales dont les statuts doivent être conforme aux statuts de la fédération et respecter les dispositions légales en matière d’association. Force est de constater aujourd’hui que ce n’est pas le cas, surtout pour l’association de la première région touristique du Royaume, qui ne reflète nullement l’activité et l’implication de ses membres les plus actifs qui ont finit par la déserter, leur opinion étant définitivement faite sur son inefficacité.

Malheureusement, il se trouve que la personne qui a géré cette association durant 9 ans (2004 à 2013), a été premier vice président de la FNAVM de 2009 à 2012 et président depuis le 14 janvier 2012. Il n’a pas daigné répondre à une confrontation initiée par le délégué du tourisme le mercredi 6 mars fuyant par là ses responsabilités.

Le 12 mars, on a essayé de m’empêcher de m’exprimer , me coupant la parole à plusieurs reprises, d’autres membres ont été priés de se taire n’étant pas à jour de leurs cotisations, de quelles cotisations parlons nous? 2010, 2011 ou 2012? Certains se sont permis des insultes indignes de ce genre de réunion qui devrait respecter l’éthique professionnelle. Je déplore le comportement d’un membre du conseil d’administration qui s’est permis de dire « vous êtes ici chez nous» en s’adressant à un confrère français qui a osé demander des explications sur le rapport financier, choquant la majorité d’entre nous.

La loi 31/96 qui régit notre activité, nous impose d’adhérer à une association régionale et qu’il ne peut y avoir qu’une seule association par région ( Article 28). Cette restriction limite la liberté des membres à une seule association et cette mesure est à mon sens très réductrice en matière de liberté. Cet article est devenu obsolète aujourd’hui car non respecté par un grand nombre d’agences. Le ministère n’a pas les moyens de faire appliquer la loi dans la mesure où les associations ne respectent pas leurs statuts qui devraient être validé par la tutelle. Le sont ils?

Comment des associations peuvent elles restreindre l’adhésion à des membres, alors que la loi en fait des membres de droit? Qui contrôle les règles de fonctionnement des associations, la Federation ou le Ministère?

 Le comité d’éthique ( Article 15 E) est sensé arbitrer tout conflit entre les membres et faire respecter les clauses des statuts. Dans le cas de figure de l’ARAVM et même de la FNAVM, ce comité n’a plus existé depuis 2009 alors qu’il est statutaire. Ce manquement grave est aujourd’hui la cause de toutes les dissensions et de tous les excès qui handicapent la bonne marche des institutions. Ce comité doit être neutre, compétent et indépendant du conseil d’administration et du président pour jouer pleinement son rôle d’arbitre. Ces membres doivent être sélectionnés sur la base de critères pointus pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle.

Il est clair aujourd’hui que le divorce est consommé entre l’ARAVM et une partie de ses membres dont je fais partie. Lorsque les statuts sont bafoués, les délais non respectés, les assemblées non tenues, l’activité réduite à sa plus simple expression et qu’un clan s’accapare l’association, nous sommes en mesure de revenir à la justice et de déclencher l’article 35 pour revenir à la légalité.

Telecharger les Statuts de l’ARAVM

Author: fouzi ZEMRANI

Share This Post On

24 Comments

  1. Faouzi,

    Un jour, alors que je suivais un débat entre d’éminents professeurs universitaires dans une revue, j’ai été interpelé par une phrase qui disait : « je n’ai pas fait la différence entre les torchons et les serviettes ».
    Depuis, je me suis toujours dis, ne sommes nous pas capables de débattre d’un sujet et de ne pas perdre l’objectif du débat, l’échange d’idées dans le respect mutuel sans pour autant qu’on perde la face des uns et des autres ?
    A mon sens, les associations ont un rôle à jouer, un rôle qui prendra plus d’importance avec la régionalisation avancée, avec les ADT, peut –on être productif, créatif et imaginatif dans un contexte pareil ? Peut-on être fédérateur de toutes les énergies ?
    Je ne me permets, en aucun cas de me positionner comme donneur de leçons j’en reçois et apprend chaque jour, mais une situation pareille ne peut que faire fuir les compétences et par la même les initiatives dont on a fortement besoin pour travailler à mieux asseoir l’image du cœur touristique du pays.
    Qui est le responsable ? Pourquoi cherchons-nous à le connaître ? Ne serait-ce pas une perte de temps ?
    Membres, associations et administrations partagent cette responsabilité.
    Membres, « pas tous », parce qu’ils ont laissé les choses trainer et n’ont pas réagit immédiatement et peut être parce que la situation les arrangeait.
    Associations, par ce quelles n’ont pas cherché à mieux se positionner, à attirer les agences de voyages non membres et à jouer le rôle qui leur est dévolu de part leur statut.
    Administration, qui par soit disant son rôle de neutralité, a failli à sa mission de contrôle et de suivi.
    Mais ce qui est désolant c’est de voir cette mascarade resurgir chaque année à l’approche du dossier du pèlerinage avec son lot, d’injures et de mots déplacés nous faisant oublier la tolérance caractéristique de notre religion et que notre pays a fait sienne.
    Soyons modérés, tolérants et réunissons nos énergies pour les bonnes causes, l’administration quant à elle, se doit de jouer son rôle de faire appliquer la loi néanmoins elle se trouve bloquée lorsqu’on fait intervenir la justice.

    Post a Reply
  2. Mr. le journaliste,
    Dans votre article publié dans l’Opinion, »Les potins de Marrakech », quelques éléments semblent vous avoir échappés. Vous écrivez qu’il y avait dans l’assemblée « des brebis galeuses, comme dirait l’autre ». Je voudrais porter votre attention, sur le fait qu’il y avait aussi des loups dans la bergerie, dont le but était de museler (pour rester poli) les brebis.
    Il apparait qu’au jour d’aujourd’hui, dans un pays qui se veut tolérant & ouvert, il n’est pas admis de contester des faits & des malversations pourtant facilement vérifiables, pour tout journaliste digne de ce nom. Comme quoi, il suffit de hurler à la lune pour garder son pouvoir de chimère.

    Chères consoeurs & chers confrères.
    J’ai entendu de la bouche de nos aînés, professionnels de tourisme, le terme « scoute ». Eux, que nous regardions avec respect se sont abaissés à en manquer envers leurs pairs. Ils ont certainement oublié que le Maroc est aussi un pays où il est possible de s’exprimer et de se faire écouter. Il est donc impératif d’organiser une autre assemblée où le débat sera ouvert & respectueux. Sinon, il y a peu de chance que les membres insultés ou non écoutés acceptent de cautionner une association qui ne les représente pas.

    Post a Reply
  3. Une interruption de connexion internet explique mon commentaire tardif mais il n’en sera pas pour autant moins indigné. Ceux qui me connaissent savent que j’ai souvent , pour ne pas dire toujours, été du côté de la conciliation et des arrangements diplomatiques chaque fois que c’était possible, mais là les bornes ont été dépassées et certains visages grimaçants de haine que j’ai vu de mes yeux, certains commentaires sur qui est chez soi et qui ne l’est pas lors de cette assemblée me font comprendre que cette fois çi la coupe est pleine: le non respect total et répété des statuts en vigueur dans cette association que je ne reconnais plus comme mienne, l’absence de représentativité puisqu’un seul secteur concernant tout au plus une vingtaine d’agences est représenté et défendu, sur les 4 ou 5 secteurs couvrant l’ensemble de la profession sur environ 150 agences, le refus du simple droit à la parole sous prétexte de cotisations non payées (alors qu’il faudrait bien se demander pourquoi toutes ces cotisation non payées !) tout cela fait qu’il n’est plus temps de transiger !!
    Notre Ministère de tutelle nous fait obligation par décret d’adhérer à une association régionale (et une seule !!!) , il lui appartient donc, ainsi qu’à la Fédération, de faire en sorte que celle soit représentative, active et dans la légalité la plus évidente… ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui ! Il va donc falloir faire appliquer les textes de lois dans leur plus stricte rigueur et essayer de reconstituer une Association digne de ce nom.

    Post a Reply
  4. Chers professionnels,
    J’y vais de ma naïve réflexion: Certains commentaires parlent de majorité versus minorité et, contre toute logique, c’est ladite minorité qui domine…
    A mon sens, la difficulté dépasse le fait qu’il y ait manipulation de la part d’une minorité. L’essentiel du problème provient de cette majorité, anormalement, silencieuse. Il faut, d’abord, expliquer ce que l’on entend par « silencieuse »: des professionnels conscients mais qui n’osent pas s’exprimer, ne sont pas assez matures, professionnellement, pour comprendre l’enjeu en question ou alors, dégoûtés au point d’avoir abandonné…Il me semble, important, d’élaborer une « carte » de la profession avec un peu plus de visibilité… Cordialement.

    Post a Reply
  5. Un bon début !
    La rencontre du 12.03, nous a appris de bonnes choses, même si elles sont amères :
    -D’abord qu’il y a comme dans toute profession des gens de mauvaise foi, qui ne souhaitent pas que les choses avancent.
    – Que le respect dû à un confrère, est d’abord dû à une « personne » ; se faire traiter de « M3aze » chèvres, est loin de l’idée que je me fais du Respect.
    – quand le dialogue et l’expression ont été étouffé, nous avons eu le droit au : « ceux qui veulent partir, la porte est ouverte ! » Pire encore, les propos raciste envers un confrère lui demandant de se taire sous prétexte que lui il est chez nous et ne dois rien dire ou ni critiquer, montre bien que nous sommes arrivés à un point de non-retour.
    C’est ce qui justifie que l’on doit se réveiller et combattre ces exactions que nous ne pouvons tolérer, et ce pour un avenir meilleur, pour notre profession et pour le Maroc.

    Post a Reply
  6. Je crois comprendre pourquoi ceux qui ont vocation à vouloir, volontairement, enfreindre les lois en contournant les textes des statuts de leur association régionale, en ignorant leur règlement intérieur et code de déontologie auxquels tout membre s’est engagé à respecter, sont ceux- la mêmes qui se battent pour ne pas céder leur siège. Nous avons dans nos associations régionales respectives des sages qui mettent l’intérêt commun avant le leur et avons aussi un comité d’Ethique, même dormant comme celui, de la FNAVM, que nous avions enterré depuis 2009. Mais, comme c’est le cas dans presque toutes les régions qui composent la FNAVM, nous avons des confrères qui veulent s’accaparer nos destinées professionnelles, nous museler et même emprisonner dans des ordres du jour où les discussions sur le développement du tourisme réceptif sont confrontés à des sujets qui monopolisent les débats sur le tourisme religieux et qui, croyez moi, seraient la cause de toutes nos divergences. D’abord entre membres d’une même association et ensuite entre les régions. Preuve étant que lorsque nous convoquons des conseils d’administrations ou assemblées générales où le tourisme religieux a une place prépondérante, nos confrères qui peuvent apporter une valeur ajoutée à nos débats et recommandations, ne se sentent pas concernés. Et c’est malheureux ! Puisqu’ils laissent ainsi un vide à ceux qui ne donnent pratiquement rien à la profession. Il est décevant de constater de nos jours que certains profils qui se bousculent, comme au parlement, pour être élus dans nos conseils régionaux ou à la FNAVM, sont ceux qui ont tendance à résister aux changements en bafouant les textes des statuts et en formant des clans qui ne reculent devant rien. Même pas devant les lois. Vous comprendriez mieux pourquoi cette résistance à vouloir céder leur place aux autres et pourquoi tant d’animosité et de querelles entre nous, pour ce si peu que représente le tourisme religieux en comparaison avec les opportunités que avons à développer notre tourisme réceptif et outgoing. Donc, tant que la cerise est plus importante que le gâteau, nous devrions nous attendre à nos divergences, sauf si la tutelle se penche sur le respect des textes de nos statuts qu’elle a elle-même approuvés (Article 29 – loi 31/96).

    Post a Reply
  7. Chers confrères,
    Je n’ai jamais compris comment l’ARAVM demande à ses adhérents d’appliquer la loi en étant à jour de leurs cotisations, sachant que la même ARAVM bafoue et ne respecte le statu qui l’organise.
    Notre agence opère dans le tourisme Nature & Aventure, mais à écouter le rapport moral du président sortant (puisque nous n’avons pas reçus de copie écrite) et à lire le rapport financier, ce type de tourisme n’apparait nulle part! Pourquoi et comment voulez vous qu’on adhère à une association qui ne représente qu’un petit groupe d’agences est qui est loin de nos préoccupations et nos problèmes quotidiens!?
    Ce fut ma première AG avec l’ARAVM, et ma frustration était énorme. Je n’ai jamais vu autant de concentré de mauvaise foi et d’incivisme (venant de gens d’un certains âge)! Arrivée à un niveau de bassesse de se faire insulter (nous agences de voyages Nature & Aventures) et d’être comparer à des « chèvres » (l Maazi!!)…
    Dans une période ou on pensait que notre pays avance on constate au quotidien que nous régressons, surtout dans notre secteur d’activité…

    Post a Reply
  8. Je demeure personnellement confiant, moi qui ai toujours illustré l’excellence des activités corporatives de notre profession par l’exemple Marocain, que ces problèmes statutaires seront très vite surpassés au mieux des intérêts des Membres, tant à l’échelle Régionale que Nationale.
    La vision avant gardiste et la sagesse des Professionnels sauront – j’en suis convaibcu – transcender ces mineures difficultés.
    La FNAVM, l’AVC et autres Associations Régionales au Maroc comptent de vrais compétences et des Hommes aguerris et engagés.
    Bonne chance pour la suite de l’AGO

    Post a Reply
    • Merci, cher confrère, pour cette vision confiante en un avenir serein pour la profession.
      D’un naturel plutôt optimiste, comme vous même, j’aurai d’ordinaire rejoins votre point de vue. Mais ayant assisté à cette terrible soit disant A.G.O, je doute très sérieusement.
      Il est naïf de penser que l’ARAVM peut retrouver une légitimité, une droiture & une ouverture, gardant la même gouvernance.

      Post a Reply
  9. Choquant de voir avec quelle légèreté cette AG a été préparée et présentée aux agences présentes !

    Choquant de voir l’agressivité de nos représentants !

    Choquant de voir que pensant être à jour de nos cotisations on nous apprend qu’en fait notre paiement a soldé une année ….. antidéluvienne !

    Choquant qu’une petite corporation sur 150 agences de voyages basées à Marrakech fasse main basse sur le grizby !

    Mais il est vrai que les agences NATURE sont des « chèvres » comme nous l’avons entendu lors de cette AG. Alors retournons à nos alpages.

    Toutefois nous ne sommes pas complètement idiots messieurs nos représentants. En plus de parcourir les sentiers de chèvres nous savons aussi compter et lire les lois. Et là le compte n’y est pas.

    Alors les 128 agences « virées » de notre association, il faut bouger !

    Post a Reply
  10. Vini , Vidi, indignée !

    Je déplore le déroulé de cette « AGO ? », qui n’avait qu’une hâte, c’était d’en finir vite…
    Avec l’interdiction de parler ou l’objection tombait comme un couperet : « Vous, vous n’êtes pas à jour de vos cotisations ».
    La phrase qui a fait des merveilles ce jour là !
    Elle était comme une incantation magique pour exorciser toutes interventions, ne faisant qu’ ajouter de la frustration au malaise déjà existant de tous ces membres présents et cependant désolés de ce spectacle navrant.

    – Que l’on m’explique d’ailleurs comment des cotisations annuelles 2011/2012 se retrouvent imputées tantôt, pour 2008, 2009 ou 2010 c’est selon ? A ma grande surprise et comme beaucoup d’autres, nous n’étions pas à jour.
    – Que l’on m’explique comment peut-on déclarer des cotisations annuelles, d’un montant régulier, à la FNAVM, ce qui suppose 80 cotisants à l’ARAVM, alors que le nombre est fluctuant et même déplorable.
    – Que l’on m’explique comment un rapport financier ANNUEL statue sur 3 Exercices (voir même 4) ? Quitus ou pas Quitus ? 22 votants, dont 3 ou 4 procurations et dont 4 ou 5 rejets, les résultats sont affolants.
    – Que l’on m’explique pourquoi les seules promotions ont été pour les opérations Hadj ?

    Membre de droit par la Loi, Oui, et nos questions sont légitimes .
    Nous devons réfléchir aux conséquences, il ne s’agit pas du bonheur de 22 AV mais bien de 128 dont l’avenir est menacé.
    150 AV, ce qui veut dire 150 Agents de voyages, voir même le double en compétence, riches de leur savoir faire, de leur expérience, de leur vision pour l’avenir…

    Imaginons un instant ce que nous pourrions faire tous ensemble !

    Post a Reply
    • Chers amis,
      Une intervention intelligente je trouve a eu lieu lors de cette assemblée, un confrère qui a dit qu’en situation de conflit, et conflit grave comme c’est le cas aujourd’hui il y a deux solutions: ou on dit qu’il y a eu effectivement beaucoup d’erreurs par le passé mais qu’on qu’on veut faire preuve de bonne volonté aujourd’hui et on veut avancer et donc on est d’accord pour un nouveau départ avec preuve de bonne volonté et résultats rapides visibles, ou on lance un processus de confrontation qui peut rendre les choses encore pire et retarder le développement. Mon simple avis est qu’il est plutot temps de s’impliquer plus et de rentrer pour réaliser des changements au sein de l’ARAVM et aider à améliorer et à respecter les statuts et les textes de lois et d’ethique.
      A mon avis: aujourd’hui il faut effectivement réaliser ces changements: attendons de voir mais n’attendons pas longtemps, ceci devrait se voir très vite et je suis quand même optimiste malgrès tout. Changeant de methode, la confrontation ou la methode agressive ne mène pas toujours aux bons résultats, essayons l’implication et le bon travail. Que Dieu nous aide. Chacun fait ce qu’il peut dans le bon sens et laissons derrière ce qui nous retarde par ces temps de crise, nous avons besoin les uns des autres, ce n’est pas le moment de couper ou de divorcer au contraire.

      Post a Reply
  11. Je suis certain que si les agences informelles de Marrakech avaient crėe leur association et avaient organisé leur AGO, elles auraient sûrement fait preuve de plus de civisme et de respect……
    Si les membres qui ne sont pas à jour de leur cotisation n’étaient même pas autorisės à donner leur avis ou à intervenir sur un sujet quelconque, pourquoi ont-ils été autorisės à accėder à cette salle ?

    Bon dimanche !

    Post a Reply
  12. La restructuration de la Fnavm et l’harmonisation des statuts des associations régionales des agences de voyages étaient prioritaires dans le programme éléctoral du président Fnavm actuel.

    Quinze mois après son élection, ce chantier très important n’est pas entamé faute de volonté et de courage pour ne fâcher les amis.

    Le cas cité est grave et n’est malheureusement pas isolé dans la mesure ou certains présidents d’associations bafouent les textes de loi qui régissent les associations, devenues avec le temps leurs CHOSE.

    Il est temps que la tutelle intervienne pour remettre de l’ordre et faire respecter les éléments élémentaires de la loi.

    Les défis sont énormes (formation, mise à niveau, informel…) et il faut la mobilisations de toutes les bonnes volontés.

    Post a Reply
  13. « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt »

    Impensable et j’y étais…

    Le ton est déjà donné à l’entrée, avant même la signature de la feuille de présence. Les salamalek pour amadouer les arrivants et les faire adhérer à leur cause (ils étaient 5 à 6 debouts, on passaient de l’un à l’autre comme un jeu de flipper). On sentait déjà la stratégie de la fine team coachée à l’avance, ça promet !!.

    Tout le monde observe tout le monde idée de peser dans la balance les pour et les contres.

    Bismi Lah et déjà une objection concernant la présidence de l’assemblée : le président avait-il déjà posé sa démission à une date antérieure ? L’intervenant s’est fait vite museler le bec sous prétexte qu’il n’était pas à jour de sa cotisation. Je vous fais grâce de la suite nous ramenant à la place Djemaa el Fna lorsqu’elle bat son plein. L’hystérie était de mise, les représentants de notre association ne voulaient rien savoir ni entendre les participants venus assister à une soi-disant AGO.
    Tout ce qui les intéressait était de passer très vite à l’approbation des rapports moral et financier pour clôturer et passer à l’élection du président. Toute intervention était obsolète, pour avoir le micro, cours toujours. On se serait cru sur la place publique au Moyen-Age. Soit adhérent et tais toi.

    Ils étaient quand même inquiets mais pour eux le mot d’ordre était de passer en force quoi qu’il en soit et en utilisant tous les moyens : hurlement, intimidation, chahut, insultes. Ils n’avaient pas peur et ne craignaient pas le non respect de l’institution. D’où viennent cette force et cet acharnement ? Il faut chercher peut être loin dans le passé, les hautes instances doivent avoir leur part de responsabilité. Nous avons laissé trop faire à défaut d’impliquer les intéressés à une charte d’éthique et à des limites à ne pas dépasser. Qui contrôle les règles de fonctionnement des associations ?

    Nous la majorité silencieuse voyant bien dans leur jeu depuis des années, la non intervention des hautes instances, font que depuis bien longtemps ces gens copinent entre eux et indiquent la (leur) voie à suivre. Nous ne nous reconnaissons pas en eux, c’est un coup de couteau dans l’eau, rien n’y fait.

    Post a Reply
  14. Bonjour Fouzi

    Effectivement la loi 31/96 nous réduit dans notre élan et notre enthousiasme, elle limite la liberté des membres à une seule association. Nous sommes 150 agences de voyages, représentées par un petit noyau de 22 agences ce n’est pas normal.

    Faute de respect des statuts, ce sont toujours les mêmes rancœurs qui feront l’actualité, c’est malheureux.

    Peut être qu’il ne faut pas les blâmer, peut être que c’est le système qui les a rendu de la sorte. Qui donc est le fautif ?

    Saint-Exupéry disait « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible ».

    Shut! la profession meurt en silence.

    Post a Reply
    • C’est ce genre de dérapage, non respect des statuts, qui fait que la majorité des agences ne se sentent plus concernés. A partir du moment que l’association perd de crédibilité, les membres ne se sentent plus obligé de s’investir et libre de déserter. Sans commandant et sans équipage, le bateau finira par s’échouer.

      Post a Reply
  15. c’est dommage de constater ce genre d’abus. de telles instances doivent fonctionner en toute transparence et respect des professionnels et du secteur. car ce dysfonctionnement risque de démotiver les professionnels,d’affaiblir le secteur du tourisme et par conséquent faire perdre à la ville des ressources considérables.

    Post a Reply
  16. c’est dommage de constater de tels abus. le premier perdant dans ce genre de dysfonctionnent est le secteur du tourisme et par conséquent la ville et toute l

    Post a Reply
  17. C’est affligeant, à tout point de vue. Les efforts de l’ARAVM devraient être tournés vers l’intérêt des professionnels du tourisme, et Dieu sait si le contexte actuel de crise demande des réflexions et actions de tous les instants.

    Cette situation n’a d’issue qu’avec l’intervention de la justice et les responsables doivent maintenant répondre de leurs actes.

    Qu’attendez-vous donc pour y faire appel?

    Post a Reply
  18. Il n’y a pas de fatalité à ce refus de démocratie. Ce n’est que le résultat d’un endormissement des cerveaux. Bon courage pour cet effort de sérieux et de rigueur car c’est la seule manière pour faire vivre l’intérêt collectif. Il faut que Marrakech, ville phare du tourisme au Maroc, donne l’exemple à toutes les autres villes du royaume.

    Post a Reply
  19. Il est déplorable de constater de tels agissements dans la ville phare du Royaume, capitale du tourisme où le non respect élémentaire des lois et les méthodes de l’ARAVM sont contraires à la bonne gouvernance que devrait refléter le secteur professionnel pour redonner confiance en priorité aux professionnels minés par l’informel et la crise économique que nous traversons.

    Nous appelons d’urgence un « conseil de sages » à se prononcer pour que les lois minimales soient respectées.

    Quel gâchis d’énergies d’avoir toujours recours à la justice, alors que nous devons nous concentrer sur la qualité de nos produits et la recherche de clientèles, si vital pour le secteur.

    Post a Reply
  20. Bonsoir;
    C’est choquant d’apprendre que l’association régionale de la ville touristique par excellence de notre cher royaume est gérée de la manière décrite. Le développement en général est lié nous le savons tous, à l’état de droit et au niveau de démocratie auquel nous aspirons tous.La période du parti et de l’association unique est révolu, les ambitions et les aspirations de chaque sensibilité doivent trouver un espace pour leur épanouissement.
    Concernant les dérapages de gestion et de gouvernance, j’apporte les éclaircissements suivants qui sont applicables à toutes les associations régionales quel que soient leurs statuts,car toutes issues du même dahir.
    – Toutes les agences de voyages d’une région sont membres de droit de leur association régionale.
    – Le non paiement de la cotisation annuelle, peut faire perdre le droit de vote, mais ne peut en aucun cas museler des membres et les empêcher de s’exprimer lors d’une AGO.
    – L’AGO annuelle est une obligation statutaire et légale.Les statuts définissent toutes ses modalités réglementaires sous le contrôle du CA qui doit rester vigilant sur le respect de cette légalité. Ne pas rendre compte à ses membres et ne pas obtenir un quitus pour la gestion annuelle , peut devenir suspect et être assimilé à un abus de bien sociaux.
    – En considérant que la cotisation donne droit au vote pour le rapport moral et financier de l’année cotisée et Le fait que le bureau exécutif décide de regrouper plusieurs années ne permet nullement à ce même bureau de conditionner le vote au règlement intégral des cotisations.
    – Le royaume a toujours été une terre d’accueil et de tolérance. Notre tourisme est construit sur ces qualités. Des comportements xénophobes et maladroits ne sont pas tolérables. Tous les membres ont les mêmes droits et obligations , et c’est au bureau exécutif de sanctionner et interdire ce type de comportement dommageable à l’image de Marrakech et de son tourisme.

    Je constate malheureusement , que les désaccords entre les différentes sensibilités et motivations des AV de Marrakech sont tellement grands, que l’intervention de l’administration et de toute autre bonne volonté pour revenir à la raison et aux bonnes pratiques s’impose.

    Bon week end

    Post a Reply
  21. Cher Fouzi,

    Tout ceci est bien navrant, et ce d’autant qu’il ne faut pas grand chose pour respecter les formes et la légalité.
    Sans grandir exagérément ces anomalies, on était en droit d’attendre plus d’efforts au lendemain de l’adoption de la nouvelle Constitution et de la nécessité de votre profession de gagner en crédibilité et représentativité en ces temps d’inquiétude et de troubles économiques.
    Ceci m’interpelle d’autant que ces « anomalies » (1) ne font réagir que quelques militants et (2) sont vécues et subies par bien d’autres professions de ce secteur si vital pour notre économie nationale.
    Tout ceci est-il un des symptomes du nivellement – par le bas – de nos organes de représentations ?
    Probablement.
    A défaut de la Tutelle, cela mériterait que vos sages s’impliquent, ainsi que le Conseil de Médiation récemment institué au sein du CRT et dont c’est la vocation ?
    Je m’arrete là.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × deux =