Paula BRETON: La pasionaria du Tourisme


Fouzi ZEMRANI : Bonjour Paula, j’ai le plaisir de te connaître et de t’apprécier depuis quelques années maintenant. Comment une auvergnate pure souche a débarqué au Maroc ?

Paula BRETON : Comme tu le sais sans doute , je suis arrivée au Maroc en Avril 1970, non pas par hasard puisque j’y avais déjà un job, dans le bureau off line de Pakistan International Airlines qui devait ensuite participer – sous forme de prêt de pilotes – à la création de Royal Air Inter, la première compagnie domestique marocaine , mais pour ce que je croyais être une court séjour de transit entre la Côte d’Ivoire, d’où j’arrivais et le Canada où j’avais la ferme intention d’émigrer. Et cela fera 41 ans cette année ….no comment!!

F.Z : Personnellement, je t’ai toujours connue militante associative à Marrakech, au sein des différentes instances existantes  ou ayant existé . D’ou te vient cette passion ?

P.B :Lorsque j’ai intégré Atlas Voyages, dirigé par Aziz Cherif Alami, le père d’Othman, alors Président de l’Association Nationale des Agences de Voyages du Maroc, et c’est sans doute avec lui que j’ai attrapé le virus associatif ! J’ai été Secrétaire Générale dans de nombreux bureaux et j’ai continué en m’installant à Marrakech au printemps 1981, notamment en participant à la création de l’APOTM dont les « anciens » se souviennent encore, avec Abdelhadi ALAMI et notre ami BenT’bib directeur actuel du CRT.

J’ai retrouvé il y a quelque temps des documents préparés à l’époque et j’ai constaté que les mêmes problèmes étaient déjà soulevés, certains avec plus d’acuité que maintenant, d’autres moins, mais on tourne toujours au fil des années autour des sièges avions, de la capacité hôtelière et du remplissage, de l’animation, de la basse saison qu’il faudrait relever, de la formation, du rôle des agents de voyages et de leurs relations avec les hôteliers !! Rien de bien nouveau sous le soleil du Tourisme …..

F.Z : A la veille des Etats Généraux du Tourisme, penses tu que les Associations Professionnelles ont encore un rôle à jouer pour accompagner la stratégie 2020 ou sont elles dépassées par les événements ? Avec le recul, penses tu qu’il y a encore un espoir pour fédérer les professionnels et sous quelle forme ?

P.B : Les Associations Professionnelles semblent avoir loupé le coche dans la préparation de la vision 2020, mais rien n’est perdu pour la réalisation ! Il suffirait de se fixer quelques objectifs (pas trop, pour être sûrs de les réaliser), de retrouver un peu de cohésion et beaucoup de communication, car si l’on « fait » sans « faire savoir » on perd beaucoup d’impact et de crédibilité, c’est notre société de réseaux sociaux et d’informations partagées qui veut çà !

F.Z : Sur l’aspect durable de la vision 2020 , comment d’après toi , les agents de voyages peuvent s’impliquer , de manière tout à fait opportune , dans la mise en œuvre d’un tourisme Solidaire ?

P.B:Les agences de voyages sont au plus près du « terrain » pour s’impliquer dans le Tourisme solidaire et nous avons déjà constaté à maintes reprises que nos clients ne demandent qu’à s’impliquer et à participer que ce soit pour aider une école en apportant du matériel pédagogique, une maison de retraite en participant à la réfection d’un bâtiment! Et il y a encore plein de domaines à développer que ce soit dans l’agriculture et les  » journées à la ferme », la création d’itinéraires de balades (à pieds, en vélo ou en 4X4) comportant des arrêts « rafraîchissement » ou « restauration  » dans des villages, arrêts qui seraient gérés par exemple sous forme de coopératives villageoises, ou la prise en charge par une groupe de 2 ou 3 agences , de la création d’un centre d’alphabétisation et de formation sanitaire pour les femmes et les jeunes filles d’un village un peu éloigné des « circuits touristiques » !

F.Z : Quel est l’avenir du métier de réceptif dans notre destination ? Va t on vers une disparition ou une évolution intégrant les nouveaux métiers de services ?

P.B : Tu connais depuis longtemps mon goût pour le travail d’équipe, et mes tentatives infructueuses de « regroupement ». Mais je reste persuadée, aujourd’hui plus jamais que l’union fait la force et que face à une globalisation galopante, notre survie est là : le regroupement des différents métiers du Tourisme , je pense aux boites de communication , d’évènementiels et autres qui devraient être nos partenaires et non nos concurrents en continuant à faire ce qu’ils savent faire de mieux et nous laisser faire notre métier .Ceci est valable pour tous les autres : transporteurs, guides , hébergeurs ….

Oui, devons nous spécialiser et devenir non plus des commerçants mais des conseillers, et ce sont nos connaissances, nos contacts et notre expérience qui seront notre véritable valeur ajoutée. Nous ne serons plus jugés sur le prix auquel nous vendons une chambre d’hôtel mais sur ce que nous apportons d’écoute, de créativité, et d’attention aux besoins et aux rêves de nos clients.

Nous avons une destination magnifique ou la Géographie, l’Histoire et tout un peuple accueillant composent un superbe produit. A nous d’être à sa hauteur! Il nous faudra donc redescendre sur terre, arrêter l’inflation verbale, les descriptifs dithyrambiques et surévalués, redevenir « Vrais » ! C’est à ce prix que nous survivrons.

Paula BRETON à commencé sa carrière réceptif chez Atlas Voyages en prenant la direction du service Tourisme et développant ce segment en complément de l’activité billetterie . En 1975 , elle décide de racheter l’Agence Le Bourgeois  à Casablanca qu’elle transforme en  UNIVOYAGES , agence généraliste dans laquelle elle développe la partie incoming , s’interessant plus aux comités d’entreprises et aux groupes d’Europe et d’ailleurs.

En 1981 , elle quitte Casablanca pour s’installer à Marrakech et monter avec une amie , la première agence réceptive 100% féminine ,UNITOURS , spécialiste du MICE tourné vers les marchés Anglo-saxons et investissant en précurseur le Marché Chinois avant la signature du protocole Maroc-Chine . Traversant toutes les crises qu’à connu le secteur , elle continue à se battre dans un marché qui s’est beaucoup vulgarisé avec une équipe rajeunie et dynamique dirigée par sa belle fille Meriem Housni.

Sur le plan associatif , Paula a toujours été Secrétaire Général d’une association , depuis l’Association Nationale des Agences de voyages ( Ancêtre de la FNAVM) en 1970 à l’APOTM , puis l’ARAVM , puis le GRIT , puis l’ARAVM jusqu’en 2006 , lorsque le combat cessa faute de combattants.

SG de 19.. à 19..

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

1 Comment

  1. J’ai connu Paula Breton sous son nom de Mme Housni à Casablanca quand elle a repris l’agence « Le Bourgeois » prés du cinéma Rif et qu’elle a transformé en Univoyages. Dans le temps, je travaillais moi-même pour Bland Morocco qui était juste en face. Paula a toujours été une grande professionnelle qui dit ce qu’elle pense et à haute voix. Nos chemins se sont encore croisés à Marrakech et avons eu plus qu’une occasion pour militer dans la vie associative. Que ce soit pour l’ARAVM, la FNAVM, L’APOTM ou même le GRIT dont je faisais aussi partie sous la houlette de l’ex ministre Guissassi pour la région d’Agadir. C’est d’ailleurs les Grits qui ont donné les CRTs actuels. Comme Paula, je pense que nous devons continuer à servir notre pays et nos clients mais comme agences conseils. Nos concurrents ne sont pas que les agences événementielles avec lesquelles quelques confrères ont déjà fait un rapprochement Win-Win. Mais bien aussi ces plateformes d’Internet qui nous coupent l’herbe sous les pieds et qui seraient imbattables!

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *