Parce que rire est le propre de l’homme….

Le festival international du rire créé en 2011 par Jamal Debbouze à acquis au fil des ans ses lettres de créances pour s’imposer  comme l’événement artistique de l’année au même titre que le festival du Cinema et devenir Le  Marrakech du Rire.

La troisième édition qui vient de s’achever a définitivement consacré l’humour beur à mes yeux. Cela faisait longtemps que je n’avais ri aux larmes en regardant un humoriste dans un stand UP mêlant le verbe à la mimique, en passant par la danse, les différents accents canadien, parisien, banlieusard, beur et surtout une présence scénique exceptionnelle. Je veux parler de Rachid Badouri, un show man hors pair qui a su durant plus de deux heures faire rire plus de deux milles personnes au mythique Palais Badiâa transformé à l’occasion en théâtre à ciel ouvert pour le bonheur des festivaliers.

Marrakech aussi appelée  ALBAHJA , ce qui veut dire la banane ou le smiley, surnom qui a déteint sur l’ensemble des marrakchis, connus pour leur bonne humeur, leur humour et leur aptitude à tourner en dérision à peu prés tout mais toujours avec beaucoup de finesse et sans méchanceté aucune. A ce titre, Le Marrakech du Rire rend hommage à cette ville et à sa population et on ne finira jamais de remercier l’initiateur de ce projet qui aurait pu le faire sur Taza, la ville d’origine de ses parents.

Cet événement, qui a été relayé par Europe1 et l’immense présentateur Michel DRUKER, donne de la destination une image exceptionnelle et génère une activité touristique intense durant plus d’une semaine, tant en nuitées qu’en soirées «after» qui attirent des visiteurs de l’hexagone, mais également de toutes les villes du Royaume , toutes catégories socio professionnelles confondues. le Marrakech du Rire à l’avantage de ne pas être élitiste, mais réellement populaire et à la portée de tous.

Tout le monde s’identifie à ce festival car le rire est le propre de l’homme selon Rabelais qui aurait lui même été inspiré par Aristote.

Non, je ne vais pas me lancer dans un précepte philosophique sur le rire, mais simplement rappeler l’importance de l’animation dans le concept d’une destination touristique. L’événement en soi mérite d’être pérennisé et de susciter des émules pour d’autres événements du même gabarit, je pense notamment à un festival de Jazz type Montreux, sur lequel des démarches avaient été entamées, le festival de la magie qu’il faut relancer, un festival de Slam, un festival du Malhoune (pendant le Ramadan par exemple) et bien d’autres dont notre fondation des festivals pourrait se charger .

Nous avons besoin d’un grand événement par mois à Marrakech soit douze par an pour asseoir l’attractivité de la  destination. Les thèmes ne manquent pas et la ville de part son authenticité, son climat, ses atouts et son positionnement devrait pouvoir attirer des festivaliers du monde entier.

A la veille de la signature du contrat programme régional, nous devrions penser à la mise en place d’une véritable structure à même d’animer la ville et de faire vivre ces lieux magiques que sont  le bassin de la Ménara, le palais de la Bahia, Le Badiâa, le bassin de l’Agdal , la place Jamâa El Fna. Cela permettra une restauration des lieux qui en ont grandement besoin et un entretien continu  dont nos touristes pourraient profiter tout au long de l’année.

Bravo à toute l’équipe du Marrakech du Rire pour nous avoir fait passer de bons moments, merci et à l’année prochaine.

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

4 Comments

  1. Oui Cher Président et Ami, si le Rire est le propre de l’Homme, il est à fortiori une pathologie combien nécessaire à la Morosité d’un Peuple qui ne sait trop si sa Révolution a tué le Rire….Mais ce que je regrette qu’un tel événement culturel Maghrebin n’ait pas eu d’échos dans son propre Grand Pays qui est le Maghreb…Nous aurions souhaité que sa promotion s’étende aux pays voisins afin que nous puissions partager ce Rire qui fait oublier le cortège de Malheurs….en termes de chômage, de croissance économique et de relance du Tourisme…Enfin « Rions bien nous ne voulons pas être les derniers (à rire). Félicitations pour la réussite de cet événement au Maroc, et bien mes Amitiés

    Post a Reply
  2. 1,2,3 il faut, il faut, il faudrait, nous aimerions, nous voulons…il aurait fallut…
    festival de gens riche nous voilà…. après toscan , voilà jamel, et qui d’autres … enfant riche et ayant réussit ailleurs de Marrakech revenez nous sauver..
    faire, agir, créer être chaque jour agitateur et opérateur de la transformation de la ville et du pays… nul festival sauvera marrakech et tout cas ceux que tu site et les milliers d’autres initiatives peut être… mais les milliers d’autres initiatives, celle faite avec amour et avec le coeur, ne percent pas. Pourquoi?
    festival, rendez vous, rencontres, … existent mais ne sont ni encouragées ni soutenues… il faut des strass et des paillettes pour rendre belle Marrakech?
    pour ma pars je ne renoncerai pas car je suis convaincu, qu’après avoir touché le fond, encore plus bas, que plus bas, l’énergie des humains ceux de Marrakech et leur flegme légendaire sauront enfin créer leur festival celui de la vie
    je ne critique pas ce qui existe j appel chacun a participer en se rassemblant de créer des milliers d’événements, ce week end nous avons lancé le premier d’une série de rencontre musicale marocaine et nous continuerons malgré l’échec relatif, parce que la vie appartient est a ceux qui crée et agissent
    mes amitès

    Post a Reply
  3. Bravo pour cette analyse .
    Je voudrais tout simplement remarquer que tout les festivals du Maroc ont étés crées , souflés ou soutenus financièrement par des mécènes et des sponsors . Au lancement de ces initiatives les régions ne sont jamais concernés et ne font dans les meilleurs des cas , qu’accompagner les projets par les humbles moyens .Or c’est le contraire qu’est la règle dans la plus part des pays développés . C’est les régions qui sont les initiateurs de tels festivals et c’est elles qui apportent le financement durant les premières années de lancement . Une fois que l’événement acquière ses lettres de créances et son équilibre financier une association ou une fondation est créé pour assurer sa pérenité , et la région se libère pour lancer un autre événement .
    malheureusement nos politiques sont très loin de cette logique , mais excellent dans la récupération et l’opportunisme .

    Post a Reply
    • Un beau programme que ces 12 Festivals par an !!
      Mais qui constitue la Fondation des Festivals ??
      la région y est elle associée ? et les différents professionnels du Tourisme ?? ils pourraient aussi avoir des idées, non seulement sur les thèmes des Festivals mais aussi apporter leur réflexion sur un meilleur planning Marketing pour faire venir un maximum de spectateurs

      12 Réunions par an çà serait peut être un peu beaucoup (lol) , mais au moins une par trimestre, en associant tous les acteurs économiques de la ville et de la région , pour un brain storming mais aussi des solutions et une gestion suivie des projets ….

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *