Nos politiciens n’ont rien compris aux enjeux du Tourisme!

Parlement

Je crois que la dernière fois que le gouvernement  s’est prononcé sur le rôle moteur du tourisme dans l’économie nationale date du 19 septembre 2014. C’était lors du seul et unique Conseil Stratégique du tourisme qui s’est tenu sous l’actuel gouvernement, à la veille des 11emes Assises du Tourisme, les seules aussi qui se sont tenues depuis la signature du CPN Vision 2020.

Je me rappelle, que tous les ministres présents à ce CST et dont les départements sont signataires du CPN Vision 2020, ont tenu à déclarer que le tourisme est et reste leur priorité. A quelques mois de la fin de cette mandature, je me permets de douter qu’effectivement ce secteur soit considéré comme tel.

Nous venons de clôturer une année dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle a été mauvaise en terme d’arrivées, de nuitées, de durées de séjour, de taux d’occupation et de recettes. Tous les indicateurs sont au rouge, sauf le tourisme interne qui lui continue de croitre et cela est plutôt une bonne nouvelle.

Pourtant, mis a part l’étalement des vacances scolaires sur trois zones, aucune des mesures proposées en mai 2012 pour booster ce segment n’a été prise en compte, notamment le cheque vacances sensé redonner du pouvoir d’achat pour consommer un produit national dédié. J’ai bien peur que cette mesure ne soit mise aux oubliettes.

En cette période pré électorale, il paraît opportun que les partis politiques soient à la recherche de projets et surtout de causes à défendre pour donner de la crédibilité à leurs discours. Je continue à croire que le tourisme est toujours à même de créer de la valeur, des emplois et de la richesse. Quand on est comme nous, dépendant de la pluviométrie, avec une pseudo industrie et des services, souvent délocalisés, on ne peut faire l’impasse sur un secteur qui est capable d’équilibrer la balance commerciale du Royaume.

Il est vrai que ce secteur traverse une période de turbulences, une conjoncture internationale perturbée, mais ce n’est pas pour autant qu’il doit être délaissé, surtout après tous les investissements qui ont été fait que ce soit par le secteur public ou par le secteur privé. Un retour sur investissement s’impose et ce n’est pas en pratiquant la politique de l’autruche et en attendant qu’une main invisible vienne remettre de l’ordre, que nous sortirons de l’ornière.

Aucun parti de la majorité actuelle, ni de l’opposition, ne semble s’intéresser à la crise du tourisme, et si j’avais eu un peu d’espoir avec la régionalisation avancée et son nouveau mode de gouvernance (ses maires et présidents de régions soucieux du bien être de leurs administrés), cet espoir est en train de s’étioler pour laisser place à un sentiment de frustration et d’incompréhension.

J’ai cru un moment, qu’un groupe de conseillers d’un parti de l’opposition s’intéressait au tourisme et qu’il était sur le point de faire une proposition de loi concernant les agences de voyages. Il m’a semblé que mon dernier post concernant l’avenir de ces agences avait retenu son attention et qu’il allait enfin dépoussiérer une loi vieille de 20 ans pour en faire un outil de développement du tourisme national et de son « ventre mou » qu’est la distribution du voyage.

Or ce projet est loin de servir la cause des agences de voyages, il les stigmatise encore plus, face à des consommateurs nationaux qui ne voient déjà en elles que des intermédiaires sans aucune valeur ajoutée.

Ce projet sonne le glas d’une profession en quête de reconnaissance pour services rendus que ce soit dans le tourisme réceptif (création de produits, promotion de la destination, emplois de jeunes, rapatriement de devises et MICE) que dans le tourisme national (organisation de voyages à l’étranger, tourisme interne, hadj et Omra).

Ce projet ne fait aucune allusion au tourisme, ni à son développement, ni à son rôle qui est de rapprocher les peuples, de vivre une expérience et de raconter une histoire. Le voyage n’est pas uniquement contractuel, il est aussi un moyen de découverte et d’ouverture vers les autres.

Ce projet est réducteur et dénote d’une expérience mal vécue de ses initiateurs qui sous prétexte de défendre les consommateurs vont chercher « la petite bête » aux agences agrées et ouvrir grand les portes à l’informel qui lui se fout de toutes les lois.

A aucun moment, les initiateurs du projet ne se sont rapprochés des opérateurs pour comprendre ce métier, son histoire et ses objectifs. J’ai l’impression que nos politiciens, toutes tendances confondues, n’ont rien compris aux enjeux du Tourisme et c’est bien dommage !

Author: fouzi ZEMRANI

Share This Post On

6 Comments

  1. Bonjour mon cher Faouzi,

    A mon sens, le Gourvernement actuel avec la politique qu’il méne pour ce secteur ainsi que pour d’autres secteurs aussi importants sont pilotés par un  » Staff  » qui est  » Hors du Temps !  » mais le pire c’est que cette équipe est entrain de piloté  » Le Titanic !  » comme l’a bien nomé M Faoud Chraibi et à Vue !

    En effet, il s’agit bien d’un des secteur  » Clé  » de notre économie mais il faudra le dire avec  » Quelle Langue ?  » je trouve que le gouvernement de M Benkirane pratique la politique du  » Long Coup! » et de  » l’Autruche ! »

    Aussi, je trouve qu’il y aussi un problème qui dû au Mode et aux Moyens de  » Communication & des Priorités  » ainsi que des Challenges que le Maroc doit soulever pour les décennies à venir !

    La vision 2020 a été mise en orbite avec des moyens et une stratégie qui ont souvent manqué de réalisme et tout particulièrement quand aux conjonctures actuelles afin de réaliser les corrections qui s’imposent et permettre à la Vision 2020 de garder le Cap afin d’arriver à bon port !

    Ma question est : Quelle est la différence entre la Vision 2020 et le projet de ligne de grande vitesse TGV de Tanger à Rabat et Casa ?

    – Le TGV va arriver dans les temps à Rabat, Casablanca et même Marrakech ( avec la Note 20 sur 20 )
    – La Vision 2020 ne lui reste que 4 ans pour s’accomplir ! ( Mais qui n’aurait que la Note de 10 sur 20 !! ) car
    Donc Réveillons les consciences Vive de ce pays car en 4 ans on peux y arriver si on le Veux bien !

    PS : WE CAN DO IT !

    Avec tous mes Amitiés à tous les proffessionnels de ce Noble secteur du  » TOURISME !  »

    Amicalement Votre !

    Majid NAJIH

    Post a Reply
  2. Bonjour à tous mes amis
    Je suis désolé mais encore une fois mon ami Fouzi Zemrani-qui a aujourd’hui assez d’expériences et preuves -se plante majestueusement ! Il doit savoir que si on veut changer les choses de l’intérieur …c’est une illusion ! L’establishment politique et celui du tourisme sont les deux faces d’une pièce….logique avec des intérêts communs. Si Fouad Chraibi s’est réveillé trop tard ou bien il a lui même programmé sa rébellion….qui a ses limites.
    Il faut accepter une certaine réalité ….et partir ou changer de discours et donc passer à l’action. Il n’y a pas de fumée sans feu ! La CNT dont vous êtes Président délégué doit démissionner en bloc pour manifester à votre vis à vis et Ministère de tutelle que vous n’êtes plus en mesure de subir un ordre politico –touristique qui vous exclut en tant que principaux acteurs du secteur touristique.Soyez courageux!

    Post a Reply
    • Il s’agit de mettre chacun devant ses responsabilités. À ma connaissance le gouvernement est signataire du CPN vision 2020 au même titre que les professionnels et ne peut aujourd’hui se laver les mains de cette stratégie et regarder ailleurs.
      Quand aux politiciens en général, je suis ébahi par le peu d’intérêt qu’ils portent au secteur du tourisme sachant qu’il est un levier économique et social reconnu.
      Quand à l’option de démissionner, c’est déjà le cas pour tous ceux qui ont quitté le navire …..

      Post a Reply
  3. Je vais dans le même sens que Messieurs Soukkani et Chraibi…
    Afin que nos politiciens comprennent l’intérêt du secteur. .il serait indiqué que les professionnels agissent pour son bien fondé et en rang unifié pour prétendre atteindre les objectifs prescrits..
    Sinon c’est l’idée de l’eau dans le sable qui revient …sans crier garde …
    -Une vision certes mais oh combien décriée. ..
    -Des  » professionnels  » pas très …..
    – De l’humain sans ressources et presque pas de relève
    Titanic quand tu nous tiens …
    Bon vent

    Post a Reply
  4. Est-ce un constat d’échec? Que faisons nous? On continue de nous battre pour la survie de cette industrie ou bien nous soumettre car nous n’avons que des dirigeants que nous ne méritons pas!Oui c’est vraiment dommage pour la relève à laquelle nous cédons un secteur détresse..

    Post a Reply
  5. Bonjour,
    Enfin!
    Il faut plus de « coups de gueule  » pour réveiller le »mammouth ».
    Gens du tourisme réveillez vous!

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + 8 =