Mais où est passée la Tutelle?

Depuis « l’élection » du président voilà presque deux ans, rien ne va plus au sein de la Féderation Nationale des Agences de Voyages du Maroc.

La FNAVM existe sous cette appellation depuis 1982 et  réunissait à l’origine les agences de voyages marocaines qui avaient décidé de se ranger sous sa bannière pour défendre leurs intérêts et plus si affinité. Une association régie par le Dahir 58 et qui a eu ses années de gloire quand le tourisme était encore à ses balbutiements au Maroc.

La Loi actuelle 31-96, oblige l’ensemble des agences de voyages à se constituer en associations régionales, dans chacune des régions créées en vertu de la loi (Article 28). L’article 29 de la même loi, parle d’une Fédération Nationale des Agences de voyages émanation des associations régionales.

Dans les deux articles, il est question de statuts qui doivent être soumis à l’administration de tutelle pour approbation.

Enfin l’article 30 fixe la mission de la FNAVM :

« – sauvegarder les traditions de probité et de moralité au sein de la profession et établir un code de l’honneur la réglementant, approuvé par la fédération en assemblée générale et par l’administration de tutelle;

– défendre les intérêts moraux de ses membres et ester en justice lorsque les intérêts légitimes de la profession sont menacés ou qu’un de ses membres est mis en cause;

– assurer la gestion de ses biens et créer, organiser et gérer, dans le cadre de la législation et de la réglementation en vigueur, toutes œuvres d’entraide, d’assistance, de mutualité ou de retraite en faveur de ses membres;

– organiser des séminaires et des stages pour la formation continue de ses membres, dans le cadre d’une collaboration étroite avec le ministère chargé du tourisme »

Il est donc clairement établi, l’existence de relations très étroites entre les Associations Régionales, la Fédération Nationale et le Ministère du Tourisme qui exerce de part la loi, sa tutelle tant sur les associations que sur les membres qui les composent.

Il en est de même pour les établissements d’hébergement, les restaurants touristiques et les guides de tourisme.

Le Ministère du Tourisme a donc de facto un droit de regard sur le fonctionnement de ces instances et doit veiller à ce que les statuts soient conformes, les Assemblées tenues et que la loi est respectée.

Dans la vraie vie, plusieurs fédérations et associations des métiers du tourisme souffrent de dysfonctionnements depuis plusieurs années. C’est le cas de la Fédération des Restaurateurs dont le Président ne veut pas convoquer d’Assemblée Générale élective et celle des Guides de Tourisme qui n’a plus de Président ni de bureau.

C’est aussi malheureusement le cas de  la Fédération Nationale des agences de Voyages qui est en train de subir une implosion en bonne et due forme : Cinq des principales associations qui la composent ont décidé d’un commun accord de geler leurs relations  par le retrait leurs représentants.

Du coup, il n’y a plus de conseil d’administration, ni de bureau ni de comité d’éthique et pourtant, le président tient une Assemblée Générale Ordinaire le 27 Octobre dernier, valide son rapport moral et son rapport financier, se donne quitus et envisage la tenue d’une assemblée Générale extraordinaire suivie d’un Congrès National des Agences de Voyages !

Cet état de fait est juste incongru, au moment où le projet de loi des agences de voyages est encore en gestation au SGG et que le Ministère en charge du Tourisme cherche un interlocuteur pour en discuter les principes.

D’un coté un président remis en question par la majorité de ses membres qui se maintient avec un ersatz de bureau et de l’autre coté, des associations majeures qui défendent les intérêts de leurs membres et veulent changer de paradigme.

Voici un métier qui souffre de la mondialisation, de l’open sky, de la désintermédiation, de l’Uberisation et qui peine aujourd’hui à faire entendre sa voix. Le produit touristique national est majoritairement distribué par les OTA et quelques TO qui par des contrats léonins imposent leurs prix et leurs conditions aux producteurs marocains de nuits hôtelières.

Pour le reste, la découverte du pays, sa nature, sa culture, son histoire et ses hommes, sont laissés au secteur informel qui essaye tant bien que mal de récupérer des miettes avec tout le manque de professionnalisme dont il souffre. Sans compter l’incivisme que cela implique : travail au noir, argent noir, insécurité et au final mauvaise image de la destination.

La position du Ministère face à cette situation est tout simplement incompréhensible. Comment peut il laisser une situation se détériorer à ce point et ne pas réagir ? Comment ne pas chercher à trouver un terrain d’entente entre les protagonistes?

Devant une telle situation, que fait la Tutelle ?

La Confédération Nationale du Tourisme, anciennement FNT, a bien essayé d’agir en médiateur à la demande des associations membres, mais devant l’attitude radicale du président, elle a vite compris qu’il ne peut y avoir de dialogue.

La décision des associations en rupture avec leur fédération, de créer un autre espace d’expression autour de sujets importants pour la profession est vitale à défaut d’être légitime.

Cette décision, dans un souci de respect des statuts, passe par une consultation au sens large de leur base et elles sont dans  l’obligation de convoquer des assemblées Générales extraordinaires pour informer leurs membres de la situation et avoir leur aval pour agir en conséquence. C’est à ce titre qu’elles pourront légitimer leur action et ressouder une profession autour d’un projet.

Il est primordial de se poser la question suivante : Peut on obliger ces associations à rester dans une Fédération qui renie ses principes fondateurs, qui se fourvoie dans le déni et qui au final n’a plus de Fédération que le nom ?

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

4 Comments

  1. « Incongru » pour qualifier la situation est pour le moins … léger . Je dirai « ubuesque ».. C’est le grand « chacun pour soi  » sans …. « ministère pour tous »… Devant le silence de la Tutelle, il ne reste plus – à travers ce nouveau groupement – qu’à montrer que la profession est bien vivante et décidée à défendre son futur et ses intérêts.

    Post a Reply
  2. En effet Si Fouzi. Le constat malheureux c’est que nos administrations ne se manifestent que lorsqu’il y a des embellies. Pire encore dans notre profession combien de nouveaux ministres et hauts cadres se sont relayés sans grand succès. Combien de plans et d’études ont ete entamees. De lois concoctées sans consultations visibles? Quant à la FNAVM je crois savoir que son Président contesté est revenu à la raison et qu’il va convoquer une AGE statutaire pour le16/12 ce qui lui permettrait de sortir par la grande porte. Mais elle pourrait lui donner la possibilité de revenir par une fenêtre. A nous de nous reprendre en mains sans compter sur personne que sur nous mêmes.

    Post a Reply
  3. Bonjour Si Fouzi.

    L’état dans lequel se trouve la profession des voyagistes est peu reluisant, la représentativité auprès de la tutelle ayant disjoncté après gel des rapports liant 05 grandes associations avec la Fédération mère.

    Les détails et suivi de cette affaire ont été largement médiatisés la semaine écoulée, pas besoin de revenir dessus.

    Ce qui m’intrigue surtout – vous m’en avez fait rappel dans cette publication à juste titre – est l’absence totale de toute réaction de la part du Ministère de tutelle à ce sujet : Il ne faut surtout pas prendre cette dissolution à la légère comme elle touche un maillon important de la chaîne de valeur touristique. Alors, pourquoi la tutelle n’interviendrait-elle pas afin de trouver un terrain d’entente entre les deux parties ? C’est la moindre des choses je suppose bien.

    Je demeure assez surpris de cette indifférence… on verra comment les choses évolueront d’ici les quelques semaines à venir !

    Post a Reply
    • Si Mouad, tu as été agent de voyage dans une autre vie et tu as du sentir le peu d’intérêt qui lui est porté tant par ses acteurs que par sa tutelle. La FNAVM est désormais une coquille vide.

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =