Hadj 2014, le sacro saint principe de précaution.

Foule hadj

Le dernier communiqué du Ministère des Habous et des Affaires islamiques, recommande aux pèlerins inscrits pour l’année en court et souffrant de maladies chroniques ou immunodéficitaires, de surseoir à leur pèlerinage ou de le reporter pour l’année prochaine. Tous les frais engagés seront remboursés.
Ce communiqué intervient après celui du ministère de la Santé relatif aux risques de propagation du Coronavirus(MERS-CoV), dont le foyer se trouve dans la péninsule arabique. A ce jour, à l’échelle mondiale, il y’a 681 cas confirmés dont 204 mortels selon l’OMS qui invite tous les états membres à être vigilants sur tous symptômes respiratoires aiguës sévères (IRAS) et à examiner avec soin toute présentation inhabituelle. L’OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d’entrée et ne recommande pas actuellement de restrictions aux déplacements ou au commerce.
Derrière ces déclarations, les populations à risque sont en grande partie les personnes âgées, qui sont les plus enclines à ce type de pathologie. Et pourtant, lorsqu’il a fallut réduire les cotas de 20%, c’est les plus jeunes qui ont été reportés au profit des plus âgés? Cette décision qui part du fait qu’il faut donner plus de chance à ceux qui sont dans un âge avancé, est tout a fait en contradiction avec la réalité du moment: c’est justement ceux là les plus exposés de part leur fragilité et leur exposition aussi bien aux risques d’accidents en cas de mouvement de foule, qu’en cas d’épidémiologie avérée.
Parmi les facteurs de risque, la concentration de populations arrivant des quatre coins du monde dans un même endroit pour une période déterminée, peut être cause d’épidémies plus ou moins importantes, avec des conséquences imprévisibles. Encore aujourd’hui, la vaccination des pèlerins est obligatoire contre la fièvre jaune et la méningite et tout le monde se rappelle l’alerte en 2009 du Virus H1NI, plus connu sous le nom de grippe aviaire et la panique qui en a suivi.
Aujourd’hui, avec ces annonces, les agences de voyages enregistrent des annulations, en particulier pour la Omra à quelques jours des grands départs et sont sommés de rembourser les pèlerins. C’est plus facile à dire qu’a faire, car si cela est encore possible pour le hadj, c’est quasi impossible pour la Omra, pour la simple et bonne raison, que les agences de voyages sont très engagés avec les prestataires qu’ils soient hôteliers ou compagnies aériennes, et que rien ne prévoit le remboursement en cas d’annulations. L’opération est bouclée également au niveau des visas et il n’y a plus de moyens pour remplacer les clients défectueux.
Encore une fois, les agences de voyages vont être montrées du doigt et taxées d’opportunistes alors qu’en réalité, elles subissent une situation qu’elles auraient dû anticiper. Elles sont dans l’incapacité de faire face à cette situation.
En 2007, la FNAVM, que je présidais à l’époque, avait signé une accord cadre avec un grand assureur de la place, pour la mise en place d’une assurance annulation voyages. Cette démarche a été recommandée à toutes les agences au profit de leur clients, pour le taux de 1% du prix du package. Que n’ai je été critiqué à cette époque par mes détracteurs, qui n’ont pas hésité à me tirer dessus à boulets rouges, allant jusqu’à m’accuser de conflit d’intérêt.
Ce projet a été violemment et sournoisement combattu et les agences n’y ont pas adhéré. Il faut croire que j’étais le seul à le défendre.
Depuis, rien n’a été fait pour mettre en place cette assurance annulation voyage qui devait en partie répondre à ce type de situations et permettre aux clients de se prémunir en cas d’annulation en dehors des délais impartis.
Alors, au nom du principe de précaution, j’approuve complètement les décisions ministérielles car s’il y’a un sujet avec lequel on ne doit pas prendre de risque, c’est bien la santé de nos pèlerins et de tous nos compatriotes.
Comme je déplore le peu d’implication des instances représentatives, qui toujours, au nom du même principe, auraient dû prémunir leurs membres de ce type de désagrément qui pourrait les mettre définitivement à terre. Il ne suffit pas de faire des réunions pour informer, il faut pouvoir également proposer.

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × deux =