A défaut d’Etats Généraux , des Etats d’âmes…..


Lundi dernier, était prévue une réunion officielle au sein du Ministère du Tourisme avec à l’ordre du jour, la mise en place des feuilles de route régionales dans le cadre des ADT, prévues par le Contrat Programme National pour la mise en œuvre de la vision 2020.Au lieu de cela, on aurait assisté à une sorte de « on refait le match » qui n’avait aucune raison d’être, vu la conjoncture qui demande plus de sérénité afin de gérer une situation nationale exceptionnelle.

Cette réunion, dont on ne sait si elle a été provoquée par le Ministère ou par le secteur privé, a vu l’absence notoire du binôme de la FNT, pour des raisons de santé pour l’un et d’agenda pour l’autre. N’aurait il pas mieux valu la reporter à une date ultérieure, vue l’importance de l’ordre du jour ?

Sans dévaloriser les représentants de la FNT désignés à cette réunion, le binôme présidentiel  se devait de prendre toute sa responsabilité pour canaliser les débats et éviter ainsi un quiproquo qui met tout le monde mal à l’aise, d’autant plus que nous traversons une zone de turbulences, dont on ne connaît pas encore la portée sur l’avenir de notre destination.

Les évènements du 20 février dernier continuent à semer le doute dans l’esprit des donneurs d’ordre européens, TO ou agences de voyages, qui outre le fait qu’ils doivent absolument continuer à rassurer leur clientèle( pour leur survie économique en premier lieu, les destinations Tunisie et Egypte leur faisant défaut pour le moment), attendent des professionnels marocains , public et privé , des engagements formels et des garanties certaines sur l’avenir proche de notre destination et cela le plus rapidement possible.

En cela, l’initiative de faire un road show dans les principaux bassins émetteurs, est l’unique point qui devait être à l’ordre du jour le 28 février dernier et sur lequel, les participants à cette réunion, auraient du se pencher et jouer d’ingéniosité pour proposer une communication ciblée qui nous permettrait de gagner la confiance de nos clients.

De quoi s’agit il ?

Certainement pas de la crédibilité de la destination, ni de son attractivité ; les performances enregistrées par notre industrie ces dernières années en attestent ; mais d’une guerre d’image et d’une bataille médiatique, car entre les perceptions des uns, les rumeurs des autres, les amalgames et autres interprétations abusives, la destination Maroc et par là même l’industrie touristique du Royaume pourraient se retrouver hypothéquées à très court terme dans cet immense imbroglio.

C’est ainsi qu’il convient à mon sens, de mettre en place des actions tactiques à court terme ciblant en premier lieu les leaders d’opinion et autres décideurs, seul moyen de véhiculer les bons messages et de consolider les acquis d’une destination mature dont l’industrie  touristique est dotée d’une ingénierie moderne, et notre responsabilité à tous est de porter cette industrie en toute sérénité sans tomber dans « le panic management » qui consiste à confondre vitesse et précipitation. Même s’il est urgent d’agir, il n’est nullement nécessaire de le faire de manière isolée , individuelle et irréfléchie.

En tant que professionnels du tourisme nous ne devons surtout pas céder à une politique de bradage des prix, car encore une fois, il ne s’agit pas d’un problématique commerciale, mais bel et bien d’un problématique d’image liée à des aspects, de stabilité et donc de sécurité, qui sont du ressort de notre tutelle et c’est en cela que le road show est important et qu’il nécessite notre adhésion à tous et en rangs serrés.

Pour en revenir à la FNT, le mandat de l’actuel bureau est échu depuis le 8 novembre 2010 et si je m’en tiens à l’article 20 des Statuts de la FNT, l’AG élective aurait dû se tenir au plus tard le 31 Décembre 2010, année au cours de laquelle expire le mandat de l’actuel bureau?

Si nous devons faire le bilan de ce mandat, force est de constater qu’aucune des promesses de campagne n’a été tenue, de même que l’objet même de la FNT, a à peine été entamé et je m’explique :

En Novembre 2007 , le binôme fraichement élu s’engageait sur trois projets majeurs : la création de la National Tourism Academy, la mise en place d’une green carte pour les microprojets touristiques et l’institution du comité alliances tourisme pour renforcer la coopération internationale. Aucun de ses projets n’a vu le jour.

D’autre part, la FNT a pour objet l’organisation et la représentation des professions du tourisme, de veiller à la cohésion des professionnels du tourisme, en assumer en toutes circonstances la représentation et défendre leurs intérêts (Article 3). Il s’agit là de tous les professionnels du tourisme or nous avons assisté durant ce mandat à la dispersion des professionnels que la FNT n’a réussi ni à fédérer, ni à réorganiser et encore moins à structurer et cela pour des causes multiples et diverses :

Pour la FNAVM, la FNT n’a pas tenu son rôle lorsqu’il s’est agit de jouer le grand frère et d’appeler les membres au respect de leurs instances et de leurs textes. Ce qui aurait évité un procès qui a duré deux ans, avec des effets collatéraux et une perte de crédibilité et de représentativité qu’il sera très difficile de rétablir après coup. Le jugement frappe de nullité le bureau de la FNAVM, qui se trouve actuellement dans un véritable flou embarrassant tout le monde.

Pour la FNTT, qui n’a jamais vue le jour pour prendre le relais sur la défunte STT, les membres sont entrain aujourd’hui de vivre le calvaire, basculés entre deux ministères Le Transport et le Tourisme sur la mise en œuvre d’un hypothétique cahier de charge que tous aujourd’hui remettent en question et qui risque de paupériser les miro entreprises de transport Touristique.

Pour l’ALASCAM, qui  est directement liée au Ministère des transports, ses problèmes n’ont jamais été à l’ordre du jour du bureau exécutif, ni du bureau élargi. Aujourd’hui ils se débâtent avec un cahier de charges et un code de la route.

Pour la FNAGAM, cette fédération est en attente d’un texte de loi qui encore une fois est loin de faire l’unanimité de ses membres et sa présence au sein de la FNT est très épisodique bien que son rôle est primordial, ses membres étant en contact direct avec les touristes et à même de nous communiquer leurs attentes.

Pour la FNR, cette fédération a beaucoup de mal à fédérer ses associations et se trouve très affaiblie par ce fait, malgré le travail fait par son président et son vice président. En fait les associations de Marrakech, Agadir, Ouarzazate, Tanger et El Jadida manquent à l’appel ……

Voilà dans quel état sont les Fédérations de métiers dont la FNT avait la charge en début de mandat pour leur restructuration et leur implication dans la stratégie 2010 et 2020.C’est un constat d’échec et la responsabilité incombe au bureau sortant. Je ne vois pas comment on peut lancer une Assemblée élective en avril 2010 avec un état des lieux aussi désastreux ?

Je n’ai pas parlé de la FNIH, « la mère des Fédérations » ni de la l’ANIT, dernière née des associations, qui se boudent royalement feignant de s’ignorer au grand drame de nous tous qui nous trouvons ainsi orphelins d’un grande FNT.

Il est encore temps de réunir tout ce beau monde autour d’une seule et même table, de faire notre auto critique et cela lors d’une grande journée de réflexion et de conciliation qui nous permettra de sortir grandit et en rangs serrés pour l’intérêt général. C’est ce message que j’ai essayé de passer le 19 octobre 2010 intitulé « Tous ego pour 2020 ».

Messieurs les Présidents,toutes Associations confondues ,  la balle est dans votre camp et les professionnels, jeunes et moins jeunes ,  attendent avec impatience.

 

 

Author: Fouzi ZEMRANI

Share This Post On

5 Comments

  1. bsr à tous
    Heureux celui qui est né dans un pays comme le Maroc qui a su tout au long de sa jeune histoire faire preuve de sagesse.
    Sa majesté que Dieu le préserve , grâce à sa clairvoyance et malgré son jeune âge, a pris une décision sage,historique en prenant l’initiative de réformer la constitution du Royaume, donnant ainsi la responsabilité à tout un chacun de nous, d’agir pour le bien et l’intérêt général. Du point de vue touristique, il est important que tous les responsables à commencer par les journalistes, guides, agents de voyages, hôteliers, loueurs de voitures et surtout les représentants dans les associations professionnelles, de prendre leurs responsabilités et de s’auto-critiquer afin de recadrer leurs stratégies en fonction de la nouvelle ère , inaugurée par Sa Majesté.
    La primauté de la Région , implique plus de modestie de la part des professionnels de Casablanca, de Rabat qui se positionnent depuis toujours comme les représentants d’un Maroc utile et indispensable. De même pour les Marrakchis et Gadiris qui représentent les deux principales destinations touristiques en termes d’arrivées qui doivent arrêter de développer un égocentrisme et une auto-satisfactiion…. qui frisent le mépris.
    Le nouveau découpage touristique de la vision 2020, exige de nous tous une solidarité inter-régionale et un patriotisme sans faille , capable jouer le jeu d’une concurrence saine et constructive pour l’ensemble de la destination Maroc. Aujourd’hui,la solution de tous les cafouillages actuels au sein de la FNT, FNAVM, FNIH….c’est une remise à plat par une démission collective des responsables de la FNT dont une partie est non-représentative de la base , si l’on se réfère au dernier jugement de la FNAVM!!
    Maintenant tous discours sont possibles avec plus ou moins de nuances et de simulacres , mais le temps joue contre les usurpateurs du droit et de la légalité.Merçi Majesté !!!
    Majid Yadiny

    Post a Reply
  2. Nous sommes en démocratie… Heureusement… Nous pouvons avoir des avis différents… Mais c’est notre différence qui nous enrichit.
    La vision 2010, nous l’attendions dans les stations Azur… Nous avons eu Marrakech, avec des objectifs plus ou moins atteints (Du moins arrivées et recettes)…
    La FNT a le mérite d’avoir ouvert plusieurs chantiers en 2008… et puis il y a eu la crise économique et financière… la plus importante que le monde ait connu… Il était normal de s’adapter aux nouvelles donnes…. Il y a eu un travail très inéressant avec Cap 2009 et les 300 MDH du Comité de veille stratégique… C’était peut être insuffisant… Mais ça a permis au tourisme marocain de se maintenir… il faut se l’avouer…
    Il ya eu aussi le chantier Vision 2020, même si la partie publique a pris le lead, la FNT était toujours là… avec des propositions… et présente dans toutes les étapes de concertations régionales… qu’elle a demandé et initié avec le ministre de tutelle… Il ya eu aussi des études assez intéressantes réalisées… Bilan Vision 2010, Fiscalité, ILVT, Régionalisation de la promotion, Qualité des établissements touristiques, Etude de motivation…. ça a le mérite d’exister… Est ce que c’est suffisant… peut être pas… Mais n’allons pas jusqu’à dire que le verre est vide…
    Pour ce qui est des fédérations métiers… il me revient à l’esprit le verset coranique: « Lan youbaddila lahou ma bikawmin, hatta youbaddilou ma bi3anfoussihim… » Sadaka lahou l3adim…

    J’ai eu les echos de la réunion du Lundi 28 février… il parait que le fond était touché, et que nous continuions à creuser… On a tous besoin d’une FNT forte… elle ne peut l’être si tous les professionnels se déssolidarisent…

    Je pense enfin qu’il faudrait tirer l’exemple du discours de Sa Majesté hier… Il faut rentrer sur le terrain… et défendre les intérêts de la profession… Il y a des élections dans un mois… Que tous ceux qui veulent « Lkhir » lhad leblad, puissent montrer leur nez… et cotisations….

    Post a Reply
  3. bjr à tous
    La création de la National Tourism Academy, la mise en place d’une green carte pour les microprojets touristiques et l’institution du comité alliances tourisme pour renforcer la coopération internationale……que du bla bla bla! il y a bien un proverbe qui dit « Chasser le naturel , il revient au galop ». Jamais les professionnels n’auraient dû cautionner le binôme actuel de la FNT pour les raisons suivantes.
    L’analyse qui suit n’a aucun rapport sur les personnes, leurs origines et races mais doit se lire sous l’éclairage professionnel uniquement.

    1-Les deux hommes n’ont rien de complémentaire et des histoires différentes dans le secteur du tourisme..sans aucun doute une manoeuvre tactique pour l’un qui est passé à tous les niveaux des associations professionnelles…et à chaque passage promouvoir son business , retrouvant à chaque statut une virginité fiscale et des opportunités d’affaires …plus encore une complicité avec la tutelle ainsi qu’une information de politique touristique de première main.L’autre , nouveau entrant, avide d’une promotion socio-professionnelle ne pouvait espérer meilleure opportunité que ce partage bâtard d’une responsabilité respectueuse. A partir de là, la faute en revient à ceux qui ont élu ces gens pour défendre leurs intérêts qui sont loin d’être ceux des deux co-présidents.

    2-Dés les premières heures du Binôme, en charge du destin de la FNT, les deux hommes se télescopent-l’un voyagiste et l’autre hôtelier et de surcroît Président de la FNIH- avec des prises de position publiques divergentes. La mauvaise intention de l’un, mettre les hôteliers dans sa poche et la bonne intention de l’autre malgré toutes les divergences…il capitalise de la visibilité et de la notoriété. A chacun, ses intérêts mais toujours plus loin de l’intérêt général et des métiers du tourisme.

    3- Il est certain que la crise internationale n’a pas aidé les co-présidents de la FNT car il ne faut jamais perdre de vue qu’une grande partie de nos élites manageriales du tourisme , tous les secteurs confondus, rêve de devenir ministre du tourisme.Heureusement que cette décision revient à Sa Majesté que Dieu le protège!!!! Le choix de M. Zenagui en tant que Ministre donnera ses fruits à long terme à la condition que son vis à vis professionnel privé , c’est à dire la FNT, prenne ses responsabilités dans le cadre des prérogatives du secteur et des métiers. La politique du tourisme est une affaire d’Etat et non du volume des allottements que l’on peut garantir auprès d’un TO ou des investisseurs .

    4-La FNT, voulant jouer un leader hors CGEM, n’a pas le Luxe d’oublier ceux qu’elle est censée représenter…à partir de là on perd toute crédibilité et estime tant chez les associations professionnelles et la tutelle prend les devants, initie, convoque, va comme à l’accoutumée ,coopter le plus dociles et incompétents pour dire Amen.De la pensée unique stérile et non durable. Et des Etats généraux , ça suppose que l’on a dépassé les clivages classiques et querelles intestines pour observer une veille stratégique sur le secteur, voire anticiper pour préserver les acquis du tourisme national.Car il fait des jaloux autour de notre chère Méditerranée, l’heure n’est pas à la réunionnite, mais à la commercialisation de la vision 2020 à travers le superbe découpage de nos huit nouvelles régions touristiques.
    majid yadiny

    Post a Reply
  4. Le jour de la solidarité est il arrivé????
    Ce serait une bonne question à ceux convaincus que l’on va droit dans le mur… mais qui ne font rien pour éviter le massacre de cette profession…
    Si l’on reste aussi disperssés, chacun dans son coin, attendons nous alors au pire.. car le pire est à venir

    Post a Reply
  5. Le court terme est en fait de l’immédiat puisque nous avons perdu une bonne partie des groupes confirmés pour 2011 avec un manque de facturation à aujourd’hui de plusieurs millions de dirhams !! l’année va être très difficile et nous nous étonnons que rien n’ait été fait pour rassurer les marchés prescripteurs et contre balancer les effets négatifs de certains médias qui s’emballent et veulent absolument faire du sensationnel et ne pas tenir compte de la réalité Marocaine, totalement différente …..

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *